CONSEIL MUNICIPAL VOTE DU BUDGET : ALAIN CARIGNON RÉTABLIT LA VÉRITÉ.

CONSEIL MUNICIPAL VOTE DU BUDGET : ALAIN CARIGNON RÉTABLIT LA VÉRITÉ.

La véritable situation de la dette de Grenoble, héritage de la municipalité DESTOT-NOBLECOURT, amplifiée par la municipalité PIOLLE.

📌 Grenoble, l’impôt le plus élevé de France pour les ville de plus de 100.000 habitants.

📌 Des charges de fonctionnement qui explosent, avec l’équipe de PIOLLE mis au pied du mur par la Chambre Régionale des Comptes.

📌 Des équipements municipaux à l’abandon, des budgets sur la solidarité, la culture, le sport, oubliés.
Un lutte contre le réchauffement climatique illusoire.

▶︎ Un budget de fin de course qui ne passera pas l’hiver ‼️

🟡 [CONSEIL MUNICIPAL] L’intégralité de mon intervention :

🔹 INTRODUCTION

Aborder le débat avec responsabilité car l’heure est grave pour Grenoble.
Le Conseil Municipal est le lieu privilégié du débat, le débat et la liberté qui sont dans l’ADN de Grenoble et qui ont tant manqué à la ville ces dernières années.
Toute l’histoire de Grenoble est marquée par les débats nationaux et locaux, ceux de Pompidou contre Mendès-France, ceux que j’ai eu face à Dubedout, ceux que les Grenoblois ont mené notamment lors du référendum sur le tramway.

Vous avez tout fait pour les éteindre pendant votre mandat en créant des leurres à votre botte. Vous avez toujours voulu débattre avec ceux qui sont d’accord avec vous. Jamais avec les autres. Par sentiment de supériorité, par mépris pour l’avis des autres qui ne compte pas, n’existe pas pour vous.

Je remercie Nathalie Béranger et Brigitte Boer qui ont rendu possible le fait que le débat ait lieu.

Je voudrais dire aussi que j’ai ressenti dans ma chair cette haine déchainée qui procède d’une volonté de détruire, d’élimination, d’extermination. Il n’y a pas de haine positive. Mais je fais face à une haine qui procède de la peur du débat.

Parce qu’en étant là, vous avez un contre-pouvoir et vous n’en voulez pas. Alors que c’est la grandeur de la démocratie et la garantie du citoyen.

Et je vais venir directement à votre présentation du budget.
Cette présentation est un faux.
Ce n’est pas le budget de la ville.
C’est votre interprétation du budget de la ville que vous présentez comme le budget de la ville. Avec parfois des tableaux tronqués sur certains sujets et pas de tableaux du tout pour d’autres.

Pourquoi ces faux ?
Parce que vous êtes au bout du rouleau, parce que vous êtes un syndic de faillite, parce que vous avez mis Grenoble financièrement par terre et pas seulement financièrement. Parce que votre budget ne peut pas cacher cette triste réalité.

Alors oui Grenoble est en faillite et il faut débattre de savoir à cause de qui ⁉️

Afin de bien comprendre je vais prendre les 3 points clefs du budget que sont la dette, la fameuse « dette Carignon », les impôts et les dépenses de fonctionnement.
Pour l’endettement, on a un tableau de l’évolution de la dette mais on n’en a pas pour les impôts et les dépenses de fonctionnement qui « sont historiquement très élevées à Grenoble », dites-vous.

Quand c’est vous, c’est historique.

🔹 1er point : L’ENDETTEMENT

Mais sur l’endettement de Grenoble, nous avons analysé tous vos emprunts.
Tous.
Il n’y a plus aucun emprunt remboursable antérieur à 1999.
Il n’existe aucun stock de dette d’avant 1999 : tout le stock de la dette que vous avez maintenu et augmenté depuis 1999 est le vôtre, ce sont vos emprunts, l’endettement de Grenoble est entièrement le vôtre.

J’ai ici sous le bras la totalité de vos emprunts que je tiens à disposition.
Parce qu‘au fur et à mesure que nos emprunts ont été remboursés, vous avez emprunté au même niveau et un peu plus. Comme cet endettement massif n’a pas été affecté à des investissements d’avenir comme c’était le cas sous nos mandats avec les grands équipements qui font encore la force de Grenoble, à quoi a-t-il servi avec ce patrimoine des Grenoblois qui s’effondre ?
Qu’en avez-vous fait ⁉️

A la fin du dernier mandat Destot, Jérôme Safar, adjoint aux finances et candidat, avait déclaré que le prochain mandat devrait être celui du désendettement car le niveau atteint était insupportable.
C’était en 2014.
Une éternité.
Qu’avez-vous fait en arrivant, l’une de vos fautes originelles de gestion ?
Vous avez emprunté ‼️

Élu en mars 2014, vous commencez votre mandat en couvrant le budget insincère de Michel Destot par l’emprunt. La municipalité sortante avait sous-évalué les dépenses, surévalué les recettes de son budget électoral – Salat, Noblecourt – et au lieu de traiter le dossier, vous faites payer les Grenoblois.
En juillet 2014 vous empruntez 13 Millions d’euros pour terminer l’année, et dans l’euphorie, vous vous privez des recettes Decaux (4 M€ sur le mandat).
La cigale est partie.

Si bien partie, qu’en 2016, la ville est au bord de la mise sous tutelle.
Vous recevez une lettre du Préfet et du Directeur des services fiscaux.
La faute à Carignon ⁉️
Encore ma faute si vous décidez un ridicule plan d’austérité dans la précipitation pour éviter l’humiliation de la tutelle ?
Si vous aviez fait face en arrivant en 2014, vous auriez pu réfléchir aux réformes de structures. Tandis qu’en 2016, vous appliquez le plan le plus injuste, le plus bêtement comptable qui soit, en faisant remonter des services les moins rentables et bien entendu, les bibliothèques les moins fréquentées sont dans les quartiers populaires, la prévention de la santé scolaire n’est pas du ressort de la municipalité et vous coupez là-dedans, sans jamais prendre en compte la dimension sociale de l’économie réalisée.

La Chambre Régionale des Comptes jugera en juillet 2018 que “la capacité de désendettement de la commune de Grenoble s’est détériorée en 2017″.
La faute à Carignon ⁉️

Mais pire encore, vous, le donneur de leçons de la dette, la CRC a jugé, je cite, que le refinancement des emprunts « a permis de diminuer l’annuité en capital de la dette de 4,2 M€ en 2017. Cela devrait encore être le cas en 2018 puis en 2019. L’incidence serait ensuite négative en 2020 et pour les seize exercices suivants, (!) la commune continuant à rembourser le capital alors que les emprunts auraient été clôturés. Le surcoût total s’élève, a minima, à 2,5 M€ ».

Pour tenir la tête hors de l’eau vous avez diminué l’annuité en capital et renchéri la dette pour les 16 exercices suivants.
Les Grenoblois peuvent vous dire merci ‼️

En septembre 2019, M. Piolle, vous avez lancé un appel d’offres pour un marché de conseil de gestion de la dette pour 314 M. d’euros répartis sur 7 budgets.
En septembre 2019, M. Piolle, vous vous êtes réveillé l’été dernier pour dire il faudrait enfin gérer la dette de Carignon ?
Vous prenez les Grenoblois pour des canards sauvages ⁉️

Selon le Figaro économie Grenoble est devenue la première ville Française de plus de 100 000 habitants, pour l’endettement en 2019, 24 ans après mon départ.
La faute à Carignon ⁉️

🔹 Le 2ème point : L’IMPÔT

Elle était déjà devenue première pour l’impôt sur les ménages en 2009, 13 ans après mon départ.
D’ailleurs sur l’impôt, vous vous gardez bien de présenter un tableau depuis 1980 comme vous le faites pour l’endettement.
Trop cruel.
Pendant les 12 ans de notre mandat, les taux communaux d’impôts n’ont jamais varié, sauf une fois, à la baisse, en 1985 pour faire un impôt zéro sur la feuille d’impôts. Nous avons laissé des taux de Taxe d’habitation à 15,83 %, on les retrouve à 21,52 en 2020, soit une augmentation de 36 %.
Le taux de taxe Foncière, à 26,53 % en 1995, on le retrouve à 36,73 % en 2020, le premier des villes de plus de 100 000 habitants, ce qui fait que les propriétaires grenoblois subissent l’impôt le plus lourd de France et la plus forte baisse de la valeur de leurs biens.
La faute à Carignon ⁉️
Le taux a augmenté de 38,5 % ‼️
Ce n’est pas en 1995, à mon départ de la Mairie que Grenoble est devenue la 1ère pour l’impôt. Non, en 1995, quand vos amis élus Verts sont arrivés pour gérer avec Michel Destot, ils ont trouvé des impôts qui avaient été maitrisés, des dépenses de fonctionnement qui avaient été maitrisées : alors ils en ont profité.
Ce n’est que 13 ans après de votre gestion, avec nombre d’élus Verts d’aujourd’hui qui avaient des responsabilités, que la ville est devenue une première fois exsangue. En 2009, la municipalité Destot réélue qui avait promis de ne pas augmenter les impôts pendant la campagne – merci Mme Salat, M. Noblecourt, M. Bron – les augmentent de 10 % une fois réélus.
Pourquoi était-elle étranglée ?
Parce que contrairement à votre graphique contenu dans le document concocté par la com’, depuis 2004, l’épargne nette était à nouveau négative. J’ai ici le tableau de l’épargne nette de votre audit de 2014 qui contredit celui que vous présentez.
Mais je sais pourquoi vous ne voulez pas que ces éléments apparaissent. Car ils contredisent toutes vos thèses. En 2004, 9 ans après mon départ, Grenoble avait à nouveau une épargne négative, mais à cause des dépenses de fonctionnement qui explosaient. Et vos amis d’aujourd’hui étaient déjà co-gestionnaires.
C’est leur gestion qui a étranglé Grenoble et abouti à spolier les Grenoblois par l’impôt le plus élevé de France.

🔹 Le 3ème point : LES DÉPENSES de FONCTIONNEMENT

Ce qui m’amène au fonctionnement.
Là, vous avez fait très fort dans le laxisme et le clientélisme.
En 12 ans de mandat avec Pierre Gascon, nous avions réussi grâce à des efforts quotidiens, une mobilisation inlassable, avec la participation et les échanges permanents avec le personnel qui était associé à réduire la part des charges de personnel à 42% du budget. Vous l’avez pris à 55% sous Destot et vous l’avez porté à 62 %, selon M. Chamussy, plus même selon nos calculs.
C’est pourquoi vous êtes totalement paralysé.
La Chambre Régionale des Comptes juge qu’entre 2011 et 2016, les deux municipalités ont recruté 1200 personnes, essentiellement des contractuels, alors que les transferts à la Métro s’effectuaient.
Mais où sont-ils ⁉️
Autant avant 1995, une période d’épargne négative et d’augmentation de l’emprunt pour investir était digérable avec des impôts acceptables et des dépenses de fonctionnement maitrisées, autant en 2016, en cumulant premier pour l’impôt, premier de France pour la dette, une épargne nette à nouveau négative des dépenses de fonctionnement explosées, la faillite était prononcée.
Ça s’appelle mise sous tutelle.

🔹 LE BUDGET : VOUS N’AVEZ RIEN RÉGLÉ

Ce budget est une faillite différée.
Mais pas éloignée.
Il est une manipulation générale et grossière de compte à compte, comme on dit. M. Ferrari vous fait des chèques, comme d’habitude.
La ville vend à la Métro le hall d’accueil du Forum et les parkings pour 1 M €. La ville a vendu à la Métro les actions de GEG, cette fameuse SEM que vous avez combattu 25 ans et qui vous sauve de la misère et rapporte des Millions d’€.
Madame Boileau vous fait des chèques, elle achète pour Grenoble Habitat le Foyer Logement Notre Dame, c’est de l’argent qui circule d’un contribuable à l’autre. Vous vendez une résidence de personnes âgées, la Maison Gavin place de Gordes, Madame Tavel au titre d’Innovia achète à la ville un ilot dans la ZAC Bouchayer-Viallet pour 700 000 €. On le sait, la ville va devoir supporter d’énormes déficits d’opération d’Innovia, est-ce que ces 700 000 € vont rejoindre le déficit d’opération qui sera à la charge de la ville ?

De mon côté, j’estime que l’épargne nette sera négative en 2020 car la maquette de présentation ne correspond pas au détail du budget que nous avons.

Les équipements vont continuer à se dégrader.
Vous avez fermé la piscine de Villeneuve en début de mandat, vous avez fermé la piscine Vaucanson en fin de mandat mettant 2 500 enfants /jour sur le carreau et il n’y a rien dans votre budget pour la remettre en état. (Ou sont vos plans pluriannuels patrimoine, plan piscine – promesses 2014)
Mais en 2020, ce sera le tour des gymnases de s’écrouler, car avec 400 000 € pour tous les équipements de la ville rien ne sera possible. Je crains le pire pour celui de Trembles à Villeneuve et Reyniès-Bayard et tant d’autres.
Les impasses sont totales pour la Tour Perret puisque vous n’avez aucunement bouclé le plan de financement et vous lancez une étude à 2 mois des élections pour les travaux à réaliser à l’ancien Musée de Peinture qui prend l’eau. La facture de plusieurs millions d’€ sera pour vos successeurs. Je n’évoque pas le patrimoine cultuel, St André, St Louis, St Bruno abandonné, j’y reviendrai.

La solidarité et les quartiers populaires sont les grands abandonnés de ce budget. Alors qu’il faudrait un plan de reconquête avec l’éducation permanente, la culture, le sport vous laissez la ghettoïsation se poursuivre et ne cherchez même plus à la stopper.
Dans le domaine culturel, en ayant pris la place des créateurs, vous avez étouffé toute capacité de foisonnement, de création. Vous avez éteint cette flamme qui faisait de Grenoble une terre de liberté, de la culture, comme tant d’intervenants, et non des moindres, l’ont dénoncé pendant votre mandat. Ce budget est un nouvel éteignoir pour le secteur.

Pour faire face au réchauffement climatique, vous vous gargarisez du bio, de la recherche des circuits courts, du règlement thermique mais vous le savez votre bilan est gravé dans le marbre de l’organisme de contrôle de la pollution pour lequel elle n’a globalement pas baissé à Grenoble après votre plan de circulation. Elle a augmenté pour des milliers de Grenoblois qui subissent les reports de circulation.

Ce budget ne porte rien d’ampleur pour les nouvelles mobilités, rien pour la reconquête d’une ville verte devenue ultra bétonnée, rien pour devenir un modèle Européen de la lutte contre le réchauffement climatique avec des solutions qui associent les habitants, alors que tant d’autres villes sont en train d’innover avec des plans globaux compréhensibles par le plus grand nombre qui entrainent la population.

🔹 CONCLUSION

Ce budget est une fin de course, une fin de partie.
Il ne passera pas l’hiver.
Vous le savez, nous avons des propositions pour sortir Grenoble de la crise financière par des réformes de structures, une redéfinition du périmètre municipal. Je ne confonds pas le débat sur le budget avec le débat électoral et c’est pourquoi nous continuerons à échanger en direct, avec les Grenoblois, de nos solutions pour en sortir.
Ce sont eux, au final, qui choisiront leur avenir.

Source : https://www.youtube.com/user/villedegrenoble

#CMGrenoble #Grenoble #Carignon2020 #SocieteCivileGrenoble
#ArgentPublic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.