LE DÉBAT EST LANCÉ SUR LES 31 PREMIÈRES PROPOSITIONS.

LE DÉBAT EST LANCÉ SUR LES 31 PREMIÈRES PROPOSITIONS.

I) Oser ! Mettre à jour le logiciel de l’action publique en repensant l’action publique:

  • Oser changer pour de vrai;
  • Oser innover pour mettre en place de nouvelles règles, de nouvelles méthodes, de nouvelles priorités.

Cette capacité à OSER doit concerner deux domaines prioritaires:

  • L’environnement;
  • Les finances publiques 
  1. Une horloge climatique itinérante : pour contribuer à la sensibilisation collective nécessaire.
  1. Des recensements animaliers annuels (animaux du quotidien, de proximité) par des particuliers.
  1. Un cimetière animalier pour la ville de Grenoble.
  1. L’interdiction de la vente d’emballages en plastique à usage unique sur le territoire de la ville de Grenoble.
  1. Une révision efficace et rapide du PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal), afin de concevoir une logique de ”ville-villages”.
  1. La révision du PLUI sera conduite en intégrant de nouvelles données techniques comme le respect des flux du vent au sein de la ville afin d’éviter la naissance de quartiers fours invivables avec le réchauffement climatique désormais sérieusement engagé.
  1. Une fois par trimestre, la Ville publiera une note technique qui traduira ses actions quotidiennes en ”traçabilité de développement durable”.
  1. Effort prioritaire en faveur de la végétalisation de la ville avec la création d’arboretum et des parcours pédagogiques pour les enfants.
  1. Penser la modernisation de la voirie publique avec des sols intelligents qui produisent et/ou stockent de l’énergie.
  1. Stopper les projets urbains de Flaubert et de l’esplanade, en prenant en compte les besoins en espaces verts et équipements publics.
  1. Sur le fonctionnement courant des services techniques de la Ville de Grenoble, toutes les mesures les plus écologiques seront mises en place qu’il s’agisse des caractéristiques techniques de la flotte des véhicules, du recours à un dispositif zéro phytosanitaire dans la gestion des espaces verts …
  1. Aucun arbre ne sera abattu sans l’avis conforme de danger imminent ou de maladie certifiée publiquement par le Directeur des Espaces verts de la ville. Tous les projets d’urbanisme devront intégrer les arbres existants pour être agréés. Car Grenoble, avec moins de 12 m² d’espaces verts par habitant contre 48 m² pour la moyenne des grandes villes, est devenue la lanterne rouge dans ce domaine.
  1. Un effort considérable sera effectué en faveur de la création de jardins publics qui commencera par la place Vaucanson, la place de la Maison du Tourisme, le parc Henri Tarze.
  1. Il sera proposé à la Métropole de créer un nouveau parc naturel d’agglomération sur la Commune de la Tronche.
  1. Un plan de valorisation du patrimoine Grenoblois abandonné sera engagé.
  1. Nous lancerons un appel d’offres international pour revisiter le patrimoine oublié de la ville, équipement par équipement.
  1. L’exemplarité de comportement des élus locaux passe par des mesures fortes, radicales, immédiates impactant d’abord le train de vie courant. Dans ce cadre, la Ville de Grenoble défendra au sein de la Métropole une approche entièrement nouvelle de nombreuses politiques publiques.
  1. Suppression des voitures de fonction des élus pour évoluer vers un dispositif comme le secteur privé de remboursement des frais de déplacements aisément controlables.
  1. Publication permanente de façon hebdomadaire via Internet de toutes les dépenses liées à des volets de fêtes et cérémonies.
  1. Réduction drastique des postes de cabinets.
  1. Diminution radicale du nombre des membres des exécutifs municipaux.
  1. La commission d’appel d’offres de la ville sera présidée par un magistrat, composée à la proportionnelle des groupes et ses séances seront publiques.
  1. Faire correspondre le secteur para-public local à une logique d’efficacité d’actions et non plus à la logique de la multiplication des présidences pour que chacun dispose de son ”royaume” et les indemnités qui en résultent.
  1. Création d’un poste de déontologue qui rend compte une fois par an à l’aide d’un rapport établi en liaison avec l’Inspection Générale des Services.
  1. Forte réduction des supports écrits de communication qui correspondent très souvent à de la propagande partisane ou à de l’autopromotion des élus.
  1. Pour le secteur public, mise en œuvre d’un principe de l’unicité d’organismes. A chaque grande fonction ne doit correspondre qu’un organisme public et un seul.
  1. Dès que le champ d’interventions concerné n’est pas lié à un service public de solidarité, il y aura application du principe de subsidiarité.
  1. Application du dispositif dit du Budget ”Base Zéro” tous les deux ans aux grandes fonctions administratives.
  1. Mise en œuvre généralisée de contrats publics pluriannuels d’objectifs pour les partenariats avec les associations.
  1. Pour les aides sociales, suppression des aides publiques locales dès que le bénéficiaire a fait l’objet de plus de deux condamnations pour des délits graves correspondant à des peines définitives. Ces restructurations du périmètre des politiques publiques municipales ouvriront de nouvelles capacités financières pour Grenoble, de nature à rendre à la ville son attractivité pour accueillir de grands établissements de recherche.