PARTICIPATION CITOYENNE : RENDRE LE POUVOIR AUX GRENOBLOIS.

PARTICIPATION CITOYENNE : RENDRE LE POUVOIR AUX GRENOBLOIS.

Nelson Mandela a dit : « Ce qui se fait sans nous, se fait contre nous ».

L’aDN de Grenoble, c’est les grands débats, le choix donné à la population. Ainsi quand en 1983 Alain CARIGNON avait mis en place un référendum citoyen, pour consulter les Grenoblois sur le sujet du Tramway, ce fut un grand pas dans l’histoire de la démocratie et une grande réussite populaire.

Fort de cette expérience, le collectif de la société civile avec Alain CARIGNON, propose aujourd’hui de Rendre le pouvoir aux Grenoblois, pouvoir trop longtemps confisqué par les majorités Destot/Piolle.

Ainsi, Mme Helena Dall’Oglio, Mme Dominique Spini, Mr Olivier Corneloup, Mr Alain CARIGNON et Mr Romain Branche, on pu dévoiler la démarche de participation citoyenne que nous voulons mettre en place à Grenoble.

La démocratie grenobloise a été confisquée ces 6 dernières années. Pas une fois durant le mandat les grenoblois n’ont eu la possibilité de prendre une décision différente de la majorité municipale.

Nous voulons renouer avec la tradition de la participation citoyenne, du débat qui est dans l’ADN de Grenoble .

 

Simplifier le fonctionnement pour les citoyens 

La première mesure consiste à redonner de la lisibilité et de la simplicité au fonctionnement communal. Le niveau d’enchevêtrement et les doublons ont atteint des sommets, épuisant le citoyen.

La création de la Métropole a entraîné la création de strates supplémentaires sans en supprimer aucune.

Nous voulons créer 3 échelons facilement identifiables par le citoyen :
– Le Quartier
– La Ville
– La Métropole

Le système des 6 secteurs de la ville sera supprimé car ils sont un échelon supplémentaire de cette complexité et n’ont suscité aucun sentiment d’appartenance du citoyen. Ils libéreront des locaux sources de revenus et d’animation.
Les actuels élus de secteur impuissants à décider, seulement courroie de transmission supplémentaire, sources de perte de temps, seront remplacés par les élus thématiques clairement identifiés qui devront répondre en direct aux demandes.

Au plan administratif les secteurs seront remplacés par une antenne de mairie unique, accessible, ouverte 6 jours sur 7 aux horaires élargis.

Pour la démocratie locale nous reviendrons à l’échelon du quartier, véritable espace de vie à taille humaine correspondant à une histoire et une vie commune.

Le quartier et les Unions de Quartier redeviendront le cadre légitime de la représentation et du débat.

Il se substituera aussi aux « Conseils Citoyens Indépendants ».

Nous poserons par ailleurs le principe de subsidiarité, en accord avec la Métropole : toute décision qui implique l’avis de la ville, deviendra effective une fois cet avis donné.

 

Motiver et encourager l’action collective et l’engagement pour sa ville 

Parce que le Conseil Municipal est l’émanation des citoyens, il nous faut rétablir la relation de proximité entre l’élu et le citoyen.
Le postulat de la participation citoyenne, est de pouvoir facilement identifier son interlocuteur, un interlocuteur responsable, un interlocuteur qui fait autorité.

Les élus seront donc identifiables et disponibles, avec des responsabilités claires et lisibles dont ils devront pouvoir répondre devant les habitants.

Le Citoyen doit pouvoir interpeler ses élus, et les élus se devront de répondre en responsabilité.

 

Créer une concertation citoyenne participative et efficiente 

Les votations citoyennes seront libérées de toutes les contraintes qui ont été posées afin de les rendre inopérantes, afin de permettre à des groupes de porter un sujet ou une expression devant le Conseil Municipal.
Les consultations citoyennes (ou RIC) sont de droit pour tous les projets contestés de la ville et pour toutes les initiatives citoyennes. 

Les conditions de ces consultations seront fixées chaque fois, avec l’Union de Quartier concerné­e (ou avec le CLUQ si elle couvre plusieurs quartiers), les associations parties prenantes par l’objet, et des élus de la majorité et de l’opposition.
Nous mettrons fin à la rigidité des procédures d’accès à la participation qui ont pour but de conserver le pouvoir de décider aux seules élus .

 

Une votation citoyenne sur les Mobilités 

A l’échelle de la Métropole, avec les Communes qui souhaiteront s’y associer, nous mettrons en place une grande consultation sur les mobilités. Cette votation citoyenne devra être organisée avant l’été et comporter toutes les questions qui se posent : monorail écologique entre Voreppe et Crolles, télécabines vers le Vercors et Chamrousse, téléphérique esplanade/Bastille/CHU , cohabitation entre les différents modes de transport dans la ville, parkings Vaucanson et silo à l’esplanade réservés aux véhicules propres.

Les décisions partagées avec les Grenoblois permettront de sortir l’agglomération de l’asphyxie dans le mandat.

La presse en parle :

Place Gre’net du 07/02/2020

Alain Carignon promet de « rendre le pouvoir aux Grenoblois » avec ses mesures pour la démocratie locale

le DL du 15/02/2020

https://www.ledauphine.com/politique/2020/02/15/carignon-veut-rendre-le-pouvoir-aux-grenoblois

Crédit photo: Joël Kermabon Place gre´net.