ALAIN CARIGNON SUR FR3 ALPES

ALAIN CARIGNON SUR FR3 ALPES

« J’ai la prétention de remettre cette ville debout. Ce sera ma fierté et mon dernier tour de piste. »

Le ton est donné ! Alain CARIGNON incarne l’alternance nécessaire à la ville de Grenoble. Ci dessous, retour sur son passage au journal de FR3 Alpes.

Alain Carignon, candidat à la mairie de Grenoble : “Je ne crains rien, ni personne”

Dans son livre “Alain Carignon est un homme libre”, l’ancien maire de Grenoble y annonce sa candidature aux élections municipales de 2020 et répond aux questions “que les Grenoblois [lui] posent“.
Par L. B.
Publié le
Comment incarner un avenir à 70 ans ?” C’est la question qui ouvre le livre d’Alain Carignon. Sur une page, l’ancien maire de Grenoble (1983-1995) y détaille son parcours en politique, ses reponsabilités et son emprisonnement, en 1996, pendant 2 ans et 7 mois pour abus de biens sociaux et usages de faux. “Mes erreurs m’ont protégé de la bien-pensance et d’un conformisme bourgeois“, écrit-il. “Ministre, président du conseil général, ou en prison j’écris ma vie et reste connecté aux changements du monde. Mon âge et mes 70 printemps ne sont que la conséquence de toutes ces expériences accumulées dans la joie et dans la peine. […] J’ai cette expérience unique et je ne crains rien ni personne.

Une condamnation sur laquelle il revient à plusieurs reprises et qui fait l’objet de la deuxième question de son livre : “Que répondez-vous à ceux qui disent que moralement vous n’avez pas le droit de vous présenter ?” Alain Carignon répond : “Par expérience ceux qui parlent le plus de morale sont ceux qui en ont le moins. […] J’ai payé mes fautes, j’en ai tiré les conséquences, et la leçon. Comme je ne lui ai rien volé, je n’ai été condamné à rien rembourser à la ville de Grenoble contrairement aux demandes de mes adversaires politiques. Je n’ai pas de dette à l’égard de la société.

Une dernière élection avant de raccrocher

Dans son livre d’une soixantaine de pages, l’homme politique détaille une partie de son programme pour les municipales de 2020, qu’il briguera sous l’étiquette “société civile”, et non Les Républicains :

  • Installation de son bureau de maire dans un HLM vide de la galerie de l’Arlequin à Villeneuve. Objectif : réimplanter des services municipaux dans les quartiers.
  • Lutte contre la délinquance : caméras, PC opérationnel 24h/24, expulsion des dealers condamnés, critère de tranquillité publique dans l’attribution des logements, signalement aux services fiscaux des grosses cylindrées dans les quartiers, etc..
  • Faire de Grenoble un modèle écologique européen (colline de la biodiversité à la Bastille, moratoire sur la bétonisation de la ville, lancement du nouveau transport urbain à propulsion électrique et solaire, le monorail de type supraways, téléphériques vers le Vercors et vers Chamrousse).
  • Réduire la pollution de l’air et améliorer la desserte ferrée de la ville (création d’un réseau dense de TER et RER, relancer une ligne Grenoble/Nice).
  • Lancer un grand plan social de sortie de la pauvreté.


Il en profite également pour tacler Eric Piolle, un maire qui n'”écoute pas” les Grenoblois. Invité du 19/20 de France3 Alpes ce lundi, Alain Carignon en rajoute une couche : “C’est un maire écodogmatique alors que nous voulons aujourd’hui un maire écoresponsable. C’est facile de décider ; ce qui est difficile, c’est de mesurer les conséquences de ses décisions et de les prendre en compte à l’égard de tous ceux auxquels elles s’appliquent de façon qu’ils n’aient à subir aucune conséquence dans leur vie quotidienne à l’égard de leur santé ou en les appauvrissant.

De retour à la vie politique depuis 2003, Alain Carignon se représente donc de nouveau devant les électeurs grenoblois.

Une dernière élection avant de raccrocher, écrit-il dans le préambule de son livre. “Je sais combien l’image de l’homme politique est mauvaise, car détériorée par les promesses non tenues, les affaires, les retournements de vestes et les compromis. Aujourd’hui, la parole politique ne vaut pas cher. Pour ma part, je détiens un record peu enviable : celui de la plus longue période de détention pour un homme politique. Chacun d’entre-vous peut donc se poser la question : qu’est-ce que Alain Carignon vient encore faire dans la vie politique ? […] À 70 ans, avec mon parcours et toutes mes expériences — mes bonnes et mes mauvaises — j’ai la prétention de remettre cette ville debout.

Ce sera ma fierté et mon dernier tour de piste.

Prix 5€ disponible au local de l’alternance 15 rue de la république à Grenoble.

 

ALAIN CARIGNON SUR FRANCE BLEU ISERE : JE SERAI LE PREMIER MAIRE ECO RESPONSABLE.

ALAIN CARIGNON SUR FRANCE BLEU ISERE : JE SERAI LE PREMIER MAIRE ECO RESPONSABLE.

Alain CARIGNON sur FRANCE bleu Isere : “JE SERAI LE PREMIER MAIRE ÉCO-RESPONSABLE”
Invité en direct de France Bleu Isère vendredi matin, Alain Carignon a encore créé la surprise : “ je serai le premier maire éco-responsable de Grenoble” a t-il répondu à Nicolas Crozel qui l’interrogeait.

 

“UNE VILLE QUI RÉDUISE LA POLLUTION”

Le leader du collectif “société civile pour l’alternance” martèle sa volonté de “recréer une ville où il fait bon vivre, une ville qui réduise la pollution qui retrouve de l’attractivité et qui redonne envie de venir vivre à Grenoble.”
Il a de nouveau évoqué son souhait de transformer les pentes de la Bastille en parc de la biodiversité, parlé des moyens de transports, de l’accès à Grenoble, de sa volonté de créer un monorail à propulsion solaire entre Voreppe et Crolles pour pallier les interminables embouteillages aux abords de la ville.

Retrouvez ci dessous l’intégralité de l’échange.

Un siège avant le fauteuil ? Alain Carignon inaugure ce soir son siège de campagne, lui qui ambitionne d’être le prochain maire de Grenoble, le premier maire “éco-responsable” de la ville.

Invité de France Bleu Isère ce vendredi matin à l’occasion de l’inauguration le même jour de son siège de campagne, l’ancien maire de Grenoble ne fait plus mystère de ses ambitions. Alors même qu’il refuse toujours d’annoncer clairement qu’il sera candidat, Alain Carignonse voit déjà dans la peau du “premier maire éco-responsable de Grenoble”.

Le leader du collectif “société civile pour l’alternance” martèle sa volonté de “recréer une ville où il fait bon vivre, une ville qui réduise la pollution qui retrouve de l’attractivité et qui redonne envie de venir vivre à Grenoble.” Il a de nouveau évoqué son souhait de transformer les pentes de la Bastille en parc de la biodiversité,parlé des moyens de transports, de l’accès à Grenoble, de sa volonté de créer un monorail à propulsion solaire entre Voreppe et Crolles pour pallier les interminables embouteillages aux abords de la ville.

Interrogé sur la faisabilité d’un tel projet, l’ancien maire de Grenoble dans les années 80 rappelle son action passée : “Est-ce que c’était fantaisiste de créer le tramway en 1983 ? Non ! On l’a fait et aujourd’hui pourtant c’est le tramway qui est ringard, il faut faire un saut qualitatif et quantitatif pour permettre à nouveau d’entrer dans la ville.”

Alain Carignon ce matin dans le studio de France Bleu Isère - Radio France
Alain Carignon ce matin dans le studio de France Bleu Isère © Radio France – Benjamin Bourgine

« En finir avec le dogmatisme des Verts. »

Alain Carignon promet une ville écologique mais débarrassée du “dogmatisme des Verts” pour en faire le “Davos de l’intelligence artificielle“. Quant à ses adversaires à droite qui tentent de monter une liste contre lui, il les traite avec mépris citant le Général de Gaulle : “Tout ce qui grouille, grenouille et scribouille n’a pas d’importance. Il y a ceux qui veulent se faire élire sur les problèmes, et ceux qui veulent se faire élire pour résoudre les problèmes, moi je n’appartiens pas à la première catégorie.”

“La faiblesse d’Emilie Chalas c’est d’avoir été imposée par un appareil parisien”

S’il concentre ses attaques sur le maire sortant Eric Piolle, il n’en oublie pas pour autant de décocher quelques flèches à la candidate LREM Emilie Chalas qui “a la faiblesse d’avoir été désignée, imposée par un appareil parisien, alors que le temps n’est plus aux partis, aux étiquettes.” 

Au fond de lui, pense-t-il vraiment être élu maire ou bien cherche-t-il uniquement à retrouver un mandat de conseiller municipal pour laver son honneur et retrouver ainsi une tribune et une légitimité ?Réponse : “Pas de rancœur, pas de revanche, juste l’envie de porter et de partager un projet avec et pour les grenoblois.

 

Pour le collectif : Romain BRANCHE
#AlainCarignon, #Grenoble2020, #Societecivilepourlalternance

 

ALAIN CARIGNON SUR TV GRENOBLE “IL FAUT RÉINVENTER UN NOUVEAU GRENOBLE”

ALAIN CARIGNON SUR TV GRENOBLE “IL FAUT RÉINVENTER UN NOUVEAU GRENOBLE”

Alain Carignon a porté sur Telegrenoble les propositions du collectif de la société civile en répondant aux questions de Christophe Revil. Il a insisté à plusieurs reprises sur la qualité des membres du collectif, leur travail sur les différents thèmes qui déterminent l’avenir de Grenoble.

Les propositions concernent la situation financière de Grenoble, la nouvelle politique de la ville, l’économie , la sécurité, les mobilités.

Une émission à voir  pour comprendre les enjeux et connaître les solutions proposées par la Société Civile.

Retrouver ci dessous l’émission RéCap INFO