OPÉRATION PORTE-À-PORTE QUARTIER VIGNY-MUSSET

OPÉRATION PORTE-À-PORTE QUARTIER VIGNY-MUSSET

Ce samedi à 9h30, le collectif de la société civile avec Alain CARIGNON, viendra à votre rencontre dans le quartier de Vigny Musset.

Ce sera pour vous, chers habitants, l’occasion d’échanger sur les problématiques rencontrées et d’exprimer votre opinion. Nous pourrons continuer d’enrichir le programmes grâce à vos propositions.

Nous sommes impatients de vous rencontrer.

 

Pour le collectif : Romain BRANCHE.

OPÉRATION PORTE-À-PORTE QUARTIER DES EAUX CLAIRES.

OPÉRATION PORTE-À-PORTE QUARTIER DES EAUX CLAIRES.

Ce samedi à 10h, le collectif de la société civile avec Alain CARIGNON, viendra à votre rencontre dans le quartier des Eaux Claires.

Ce sera pour vous, chers habitants, l’occasion d’échanger sur les problématiques rencontrées et d’exprimer votre opinion. Nous pourrons continuer d’enrichir le programmes grâce à vos propositions.

Nous sommes impatients de vous rencontrer.


Pour le collectif : Romain BRANCHE.

PRIX DE L’ARBRE : LE COLLECTIF VEUT LE REMETTRE A ERIC PIOLLE.

PRIX DE L’ARBRE : LE COLLECTIF VEUT LE REMETTRE A ERIC PIOLLE.

Communiqué de presse de ‘’La Société Civile avec les Citoyens’’ pour Grenoble

Le 8 janvier 2018

PRIX DE L’ARBRE: LE COLLECTIF DE LA SOCIETE CIVILE VEUT LE REMETTRE A ERIC PIOLLE

Dominique Spini, une habitante du quartier Championnet, membre du collectif de ‘’La Société Civile avec les Citoyens’’ a répondu au concours lancé par la ville de Grenoble sur la plantation d’arbres. Elle a inscrit son projet en publiant la photo des platanes de l’esplanade menacés par le projet immobilier de la ville expliquant:

« Je réponds aux critères définis pour être participante au concours sur la plantation d’arbres. Plutôt qu’un projet de plantation je propose que la municipalité s’engage à ne pas abattre un seul platane du nord de l’esplanade alors qu’une centaine est menacée par ses projets immobiliers, qu’elle renonce à l’urbanisation du parc Henri Tarze afin de sauver les arbres de ce secteur, qu’elle réalise en urgence le jardin promis aux grenoblois de la presqu’ile ce qui leur permettra de bénéficier de 1 M2 d’espaces verts par habitant et plus généralement qu’elle cesse la bétonisation de Grenoble qui est devenue la ville la plus dense de France hors région parisienne. Ces dernières années les arbres ont été abattus sans ménagement sous des prétextes divers  (rue Lesdiguières, place de la Gare, place Victor Hugo, piscine Jean Bron…) et même les parcs existants sont amputés comme le parc Hoche. Ce n’est malheureusement pas en plantant quelques arbres bienvenus évidemment que nous modifierons le classement catastrophique de Grenoble devenue lanterne rouge en matière d’espaces verts : moins de 12 m2 en moyenne contre 48 m2 par habitant aux villes de sa catégorie. Mais en renouant avec la création de parcs.

Si vous enregistrez ma candidature au concours et si mes vœux se réalisent il faudra alors remettre le prix au Maire de Grenoble »

https://grenoble-le-changement.fr/2019/01/06/prix-de-larbre-une-brique-de-beton-pour-e-piolle/

FRANCE 3 AUVERGNE RHONE-ALPES : L’ancien ministre de l’éducation Luc Ferry annonce son soutien à Alain Carignon

FRANCE 3 AUVERGNE RHONE-ALPES : L’ancien ministre de l’éducation Luc Ferry annonce son soutien à Alain Carignon

France 3 Auvergne Rhône Alpes, revient sur le soutien de Luc FERRY  à la candidature d’Alain CARIGNON pour la prochaine élection municipale.

Pour nous, la Société Civile de Grenoble, ce soutien est vraiment apprécié et démontre à quel point Alain CARIGNON est légitime et nécessaire pour la ville.
Alain CARIGNON est passionné par les questions de développement scientifique de la ville, le projet qu’il porte sur ce sujet est ambitieux, réalisable et financé.

Ci-dessous l’article de FR3 Rhône Alpes Auvergne.

L’ancien ministre Luc Ferry a annoncé ce mercredi 12 décembre, dans une vidéo, son soutien lors des prochaines élections municipales à la candidature de l’ancien maire de Grenoble Alain Carignon.
Le candidat LR a commencé à faire campagne dans la cité alpine.

“Je voudrais dire très simplement pourquoi j’apporte mon soutien à mon ami Alain Carignon, ancien maire et j’espère futur maire de Grenoble”, a souligné l’ancien ministre des gouvernements Raffarin (2002-2004) dans une vidéo mise en ligne par le Dauphiné Libéré.
“Nous avons eu de longues conversations, depuis longtemps, sur la question de l’impact que peut avoir le développement de la recherche techno-scientifique dans une ville. C’est extraordinairement important”, explique le philosophe.
“Alain Carignon a une vraie passion pour ces questions. Il a une stratégie […] et pour Grenoble, c’est un développement qui compte probablement plus que tous les autres aujourd’hui”, a-t-il justifié.

Mi-novembre, deux comités de circonscription de la fédération iséroise LR ont également apporté leur soutien à la liste de l’ancien édile, qui fut ministre RPR des gouvernements Chirac (1986-88) et Balladur (1993-94), mais l’appui de l’ensemble de la famille LR ne lui est pas encore acquis.

Alain Carignon a commencé à faire campagne en Septembre dernier, épaulé par une équipe d’anonymes de la Société Civile.

Condamné en 1996 pour corruption et emprisonné durant vingt-neuf mois, Alain Carignon est revenu à la vie politique en 2003, à l’occasion de son élection contestée à la tête de la fédération UMP de l’Isère.

En 2014, Alain Carignon avait été rétrogradé à la 9ème place de la liste porté par Matthieu Chamussy, son principal opposant local à droite, qui avait alors été choisi comme tête de liste par l’UMP pour les dernières municipales grenobloises.

Par TD avec AFP

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/municipales-grenoble-ancien-ministre-education-luc-ferry-annonce-son-soutien-alain-carignon-1591229.html

Des citoyens de la société civile lancent le débat sur le projet Grenoblois à travers un nouveau site web.

Des citoyens de la société civile lancent le débat sur le projet Grenoblois à travers un nouveau site web.

Le collectif des citoyens grenoblois, qui portent un projet avec Alain CARIGNON, continue sur sa lancée.
Plus le temps passe, plus les déçus du piollisme se rallient au mouvement porté par les citoyens grenoblois.
Au fil du temps ” le match” Carignon/Piolle” se précise.

Je vous laisse apprécier cet article de Joël Kermabon paru sur  PLACE GRE’NET, qui revient sur le nouveau site internet de LA SOCIÉTÉ CIVILE AVEC LES CITOYENS.
D’ici là il nous reste à continuer à faire partager notre projet innovant à une large majorité de Grenoblois et, surtout, de le construire avec eux.

Romain Branche

DES CITOYENS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE LANCENT LE DÉBAT SUR LE PROJET D’ALAIN CARIGNON À TRAVERS UN NOUVEAU SITE WEB


FOCUS – Ils sont engagés dans la reconquête de Grenoble aux côtés d’Alain Carignon, l’ancien maire de la ville. Des citoyens de la Société Civile ont présenté, fin novembre, un site web flambant neuf. Objectifs ? Poursuivre, élargir et approfondir en direct avec les Grenoblois le débat sur le projet d’une alternance espérée. Une seconde étape dans leur cheminement en vue des élections municipales « pour passer de l’opposition à la proposition », assure le collectif.

Restaurateur, consultant en immobilier, architecte, commerçant, chef d’entreprise ou encore cadre dans l’industrie… Sept membres de la société civile soutenant le retour aux manettes d’Alain Carignon, ancien maire de Grenoble, étaient présents autour d’une table du restaurant Le resto le 5, ce vendredi 23 novembre, pour présenter le site web flambant neuf, “La Société Civile avec les Citoyens”, dédié au projet d’alternance porté par le collectif.

Une manière pour ces citoyens travaillant aux côtés de l’ancien édile de passer à la vitesse supérieure, après les « forums citoyens pour l’alternance » menés dans les différents quartiers de Grenoble.« Avec la création de ce site, nous passons […] de l’opposition à la proposition », explique Romain Branche, cadre d’entreprise.

« Un site de propositions »
Romain Branche n’a pas l’ombre d’un doute sur la pertinence de ce nouvel outil. « Nous allons [ainsi] pouvoir faire connaître notre projet, recueillir les avis, suggestions et propositions afin de construire ensemble un autre destin pour notre ville », lance-t-il.

« Une fois le diagnostic partagé sur la situation de la ville, le moment est en effet venu pour les Grenoblois de retrouver la confiance, de savoir que notre cité peut trouver les chemins de sortie de la crise », poursuit le jeune cadre. Qui ne manque pas de rappeler que, sur tous les dossiers – sécurité, propreté, déplacement et attractivité – le collectif a élaboré des solutions innovantes, pour lesquelles « [ils sont] les seuls à proposer des moyens de financement ».


Quid du site web brûlot Grenoble le changement, récemment piraté ? « C’est un site où nous faisions des constats sur la situation de Grenoble alors que ce nouveau site est un site de propositions », nuance Romain Branche. Des propositions que ces partisans d’Alain Carignon comptent bien affiner. Comment ? En les soumettant au débat contradictoire pour les améliorer, tout « en appelant tous les citoyens, le tissu associatif, culturel, sportif et social à s’impliquer dans son projet ».

« Aucun apport d’où qu’il vienne n’est exclu »
Comment ce site va-t-il vivre d’ici les échéances municipales ? Géré par des membres du collectif, il sera ouvert à tous. « Nous allons l’enrichir chaque jour des contributions de chacun afin de mieux montrer que notre ouverture est totale, qu’aucun apport d’où qu’il vienne n’est exclu et que nous ne sommes fermés à personne », rétorque Romain Branche. Le citoyen grenoblois en est convaincu, « la nouvelle vitalité collective que nous voulons mettre en œuvre pour Grenoble résultera de la participation de tous », affirme-t-il sans sourciller.


Quant au site web, l’internaute est invité à y consulter différentes rubriques, comme celle des thèmes abordés par le collectif au fil des mois, à contribuer à travers des publications sur un mur participatif, ou à prendre connaissance des actualités. Mais aussi à s’inscrire à une newsletter, faire des dons ou encore demander à rencontrer certains membres de l’équipe pour peut-être s’engager et apporter sa pierre à l’édifice.   « On veut un vote d’adhésion à notre projet. L’important c’est que les gens se l’approprient, qu’on en discute. Nous recherchons un maximum d’interactions avec les gens », assure Olivier Corneloup. Des interactions avec les citoyens sans lesquels, assure Olivier Corneloup, « Rudy Giuliani, l’ancien maire de New York, n’aurait pas réussi son projet de tolérance zéro ».

Joël Kermabon

Convaincre abstentionnistes et commerçants de s’inscrire sur les listes électorales
Bien évidemment, la présentation du nouveau site web du collectif a été également l’occasion de parler des élections municipales de 2020. Et tout particulièrement de l’abstention. « On ne peut pas vociférer pendant six ans et ne pas aller voter alors qu’on en a la possibilité. C’est primordial ! », s’insurge Olivier Corneloup.

D’où le travail de fond pris à bras le corps par le collectif de citoyens. Ses membres quadrillent ainsi tous les quartiers pour convaincre les potentiels abstentionnistes de voter. « C‘est pour ça qu’on commence tôt ! », explique le commerçant. Qui insiste, « il faut s’inscrire sur les listes électorales ! »


Adrien Fodil, chef d’entreprise, rebondit et livre quelques chiffres. « Après analyse, on s’est aperçu qu’en moyenne sur les trente dernières années, 47 % des gens ne votent pas. Dont la moitié réside dans les cités suburbaines », expose-t-il.   L’objectif ? Récupérer 10 à 15 % d’entre eux. « Ils ne votent pas parce qu’ils ne se sentent pas concernés mais parce qu’on ne les concerne pas, en tout cas pas les élus », ajoute Adrien Fodil. Qui poursuit : « Personne ne vient les voir, personne ne vient discuter avec eux, tandis que nous, nous allons à leur rencontre », affirme le dirigeant.   « On ne leur demande pas de voter pour nous ! »

Adrien Fodil, qui n’en a pas terminé, embraye aussitôt sur le problème du vote des commerçants exerçant à Grenoble mais n’y résidant pas. Un vrai problème pour beaucoup d’entre eux, estime-t-il. Jusqu’à ce que soit votée en 2016 la loi de simplification des inscriptions sur les listes électorales qui entrera en vigueur au plus tard avant la fin de l’année 2019.

« Cette loi permet à tout commerçant ou profession libérale de s’inscrire sur les listes électorales de son lieu de travail, dès lors qu’il s’est acquitté de deux années de contribution foncière des entreprises (CFE) », détaille Adrien Fodil. De quoi motiver le collectif pour lequel chaque voix comptera. « On les rencontre et, s’ils sont partants, c’est là qu’on leur demande de nous suivre et de voter à Grenoble pour gagner la bataille », enchaîne Olivier Corneloup.

« On ne leur demande pas de voter pour nous », démine aussitôt Adrien Fodil, « mais au moins ils auront voté ! », se félicite-t-il.

Source : article Des citoyens de la société civile lancent le débat sur le projet d’Alain Carignon à travers un nouveau site web | Place Gre’net – Place Gre’net

SOCIÉTÉ CIVILE : SUCCES DE L’OUVERTURE DU DÉBAT SUR SON PROJET

SOCIÉTÉ CIVILE : SUCCES DE L’OUVERTURE DU DÉBAT SUR SON PROJET

Autour de Romain Branche jeune cadre, des membres de la liste de la Société Civile pour l’Alternance ont lancé le nouvel instrument de dialogue avec les Grenoblois qui s’ajoute aux Forums de quartier.

Le site de “La Société Civile avec les Citoyens” est en effet dédié au projet d’Alternance et il appelle la participation des Grenoblois à sa définition.

Romain Branche a expliqué : “Par cet intermédiaire, chaque jour nous allons pouvoir faire connaître notre projet, recueillir les avis, suggestions, propositions afin de construire ensemble un autre destin pour notre ville. Avec la création de ce site nous passons à la seconde étape : de l’opposition à la proposition. Une fois le diagnostic partagé sur la situation de la ville, le moment sera en effet venu pour les grenoblois de retrouver la confiance, de savoir que notre cité peut trouver les chemins de sortie de la crise”.

Ajoutant selon le Dauphiné : « On appelle tout le monde à s’impliquer. Nous ne sommes fermés à personne. Nous avons des idées pour notre projet. Maintenant aux Greno­blois de les enrichir, de les amender. On ne fait pas de propositions en l’air, on tra­vaille dur. La co­-construc­tion c’est maintenant à quatorze mois des élections si on veut vraiment qu’elle soit efficace. Greno­ble a des atouts pour re­monter la pente. »
Et aussi : « On répondra à tout le monde, on écoutera toutes les propositions. »