LE COLLECTIF VEUT STOPPER LES 86 M€ DE DEPENSES DE BUREAUX DE LA METRO

LE COLLECTIF VEUT STOPPER LES 86 M€ DE DEPENSES DE BUREAUX DE LA METRO

Ayant retiré au dernier moment ce point du Conseil Métropolitain du mois dernier, le 5 Avril prochain la Métro doit à nouveau délibérer pour une dépense de l’ordre de 86 M€ (au départ près de 46 M€)  afin de construire de nouveaux bureaux Bld Jean Pain pour regrouper une grande partie de son personnel. Il s’agirait de porter de 500 à 1100 personnes les agents regroupés au siège. Le Collectif de la Société Civile avec les Citoyens s’engage à stopper ce projet et à le réétudier.Futur siège de la METRO Boulevard Jean Pain

Dès le départ le Collectif de la Société Civile pour l’Alternance s’est posé des questions sur le bien-fondé de l’opération. Jugeant que jamais n’avait été abordée la question des déplacements, celle des flux engendrés par ces concentrations , celle des potentialités du télétravail et plus largement celles des révolutions des modes de travail qui peuvent rendre  obsolètes ces immeubles avant même qu’ils ne soient achevés. ne soient achevés.

Notre collectif a regretté qu’aucun inventaire des locaux vides, du patrimoine abandonné utilisable n’ait été effectué. Ni évidemment que ne soit étudiée l’opportunité d’installer ces bureaux dans les quartiers en difficultés afin de les requalifier. Il est en effet étonnant que MM Piolle et Ferrari qui vantent officiellement la « nouvelle centralité du sud de l’agglomération », n’aient pas pensé un seul instant à s’y installer.

Dans une ville aux impôts les plus élevés de France et avec  le plus fort taux de taxe d’habitation, ce type de dépenses de fonctionnement est une forme de provocation.

LE COLLECTIF de la SOCIÉTÉ CIVILE A ANTICIPÉ CES QUESTIONS
Le Collectif de la Société Civile pour l’Alternance avait anticipé des  solutions: réduire la part de HLM dans les quartiers à un tiers en installant des bureaux dans les logements et en tout 1er lieu les services d’agglomération et municipaux. Les élus préfèrent poursuivre avec les modèles dépassés d’hier où on empile les fonctionnaires territoriaux au centre ville.

L’ABSENCE DE TOUTE ÉCONOMIE D’ÉCHELLE
Le Collectif de la Société Civile pour l’Alternance propose d’installer le Maire, le cabinet et les services dans des HLM de Villeneuve – les mariages s’effectuant à l’ancienne Mairie au jardin de ville et une antenne pour les démarches administratives installée au centre ville – veut aussi utiliser la salle des délibérations de la Métro pour les conseils municipaux afin d’éviter d’avoir à en construire une autre: deux salles de délibération qui se font face d’un côté et de l’autre du Bld Jean Pain financées par le contribuable ne servant qu’épisodiquement.

PLUS D’AGENTS A LA VILLE MALGRÉ LES TRANSFERTS à la METRO !
La municipalité de Grenoble n’a-t-elle pas, selon le rapport de la Chambre des Comptes Régionales, augmenté encore ses dépenses de personnel alors qu’elle a effectué durant les 2 dernières années des transferts à la Métro ? 1300 agents ont été recrutés entre 1011 et 2016 « dont beaucoup de cadres A » précise-t-elle  dans son rapport, c’est à dire au sommet de l’échelle, souvent dans des conditions illégales.

DES ARBRES DOIVENT ENCORE TOMBER
Bien entendu Rue Malakoff et Bld Jean Pain où les futurs immeubles devraient être construits des arbres doivent encore être détruits. Un « détail » supplémentaire pour nos bétonneurs patentés.

 

 

 

 

 

 

 

Dans une vidéo réalisée devant la Métro, Alain Carignon dénonce cette gabegie  :

Pour le collectif : Romain BRANCHE

EMEUTES : LE COLLECTIF PROPOSE DES MESURES

EMEUTES : LE COLLECTIF PROPOSE DES MESURES

Dans une vidéo Alain Carignon rappelle que la situation de Grenoble est grave . Deux jeunes sont morts encore s’ajoutant à la longue liste qui endeuille la ville.

Les quartiers explosent, la violence aussi.       Les voitures brûlent pénalisant ceux qui travaillent, souvent les plus modestes.

Le collectif de la société civile veut agir efficacement par les deux bouts : la répression de la délinquance par des mesures concrètes et le rétablissement d’une politique d’emploi, de diffusion de la culture, des valeurs , du sport , de l’éducation populaire afin de donner une perspective aux quartiers.

C’est ce que résume cette vidéo

 

Poyr le collectif : Romain BRANCHE

MAISON DU TOURISME : LE COLLECTIF VEUT EN FAIRE UNE PLACE ATTRACTIVE ET QUALITATIVE.

MAISON DU TOURISME : LE COLLECTIF VEUT EN FAIRE UNE PLACE ATTRACTIVE ET QUALITATIVE.

Sur l’actuelle place de la Maison du Tourisme, le Collectif de la Société Civile avec les Citoyens veut changer le lourd bâtiment existant en une place qualitative, verdoyante et apaisante.

Une place aux prestations haut de gamme avec beaucoup de verdures, des espaces jeux et une police montée, qui redonneront de l’attractivité et du cachet au cœur de ville.

C’est par la voix d’Alain CARIGNON que le collectif de la Société Civile avec les Citoyens transmet ce projet aux grenoblois (cf la vidéo ci-après).

Pour le collectif : Romain BRANCHE.

 

 

D.SETBOUNE (QUARTIERS SUD) : « IL Y A UNE NOSTALGIE DES ANNÉES CARIGNON »

Denis Setboune travaille dans les quartiers Sud de la ville, à la Régie de quartier Villeneuve et Village Olympique et connait bien ce secteur de notre ville. Dans une vidéo d’une minute  il explique :  » je me souviens des années Carignon, c’étaient des années magiques pour Grenoble. Parce que je travaille dans les quartiers sud je ressens une nostalgie Carignon, une envie de retrouver Carignon ».

Jugeant que  « son projet de ville est le plus dynamique pour la sécurité et l’emploi »

Beaucoup d’acteurs importants du quartier se sont déjà engagés pour le changement à Grenoble et de la liste de la société civile comprend certains d’entre eux.

L’équipe de la société civile pour l’alternance ira d’ailleurs à la rencontre des habitants de Villeneuve ce samedi 3 novembre entre 13 h et 17 h place des Géants afin d’échanger sur l’avenir de la ville et recueillir les préoccupations des grenoblois du quartier.