VŒUX DU CHANGEMENT : 1000 GRENOBLOIS ET BEAUCOUP D’ESPOIR !

VŒUX DU CHANGEMENT : 1000 GRENOBLOIS ET BEAUCOUP D’ESPOIR !

Ce vendredi 10/01, au stade des Alpes, nous vous avons accueillis pour la cérémonie des vœux.
Environ 1000 Grenoblois nous ont fait l’honneur de venir pour profiter d’une soirée de fête.


Pour celles et ceux qui n’ont pas pu venir, voici en intégralité  le discours de Alain CARIGNON.

« CRÉER ENSEMBLE LA LÉGENDE DE L’IMPOSSIBLE » telle est notre devise !

Renouer avec l’ambition, proposer aux Grenoblois une exposition universelle sur l’intelligence artificielle, créer un Parc Naturel Des Alpes, avec un rayonnement international, accueillir dans les siècles les JO d’été.

Il appartient maintenant à chaque Grenoblois qui aspire à un autre projet pour Grenoble d’apporter sa contribution, ses idées, sa mobilisation car chaque Grenoblois compte pour que Grenoble gagne.

 

TEXTE DU DISCOURS EN INTÉGRALITÉ :

 

❇️ Je veux rompre avec cette tradition des vœux annuels aux perspectives trop brèves, aux ambitions trop courtes.

C’est trop commun pour ressembler au Grenoble que nous aimons.
Sécurité, environnement, solidarité, nouvelles technologies, autant de mots que vous allez entendre au point d’en perdre le sens et la portée.

Il n’y a rien de plus important pour le Collectif de la Société civile, et pour moi-même, personnellement, il n’y a rien de plus important que l’amélioration de la vie quotidienne des Grenoblois.

Mais vous le savez aussi, ce sera le plus facile de ce que nous aurons à faire tellement l’incompétence et le mépris ont marqué cette municipalité à l’égard de ces questions-là.
Ce sera facile d’améliorer la propreté, la sécurité, l’embellissement de la ville, vu dans l’état dans lequel ils l’ont laissés.
D’ailleurs, connaissez-vous un candidat, un citoyen qui propose plus de chômage, plus d’insécurité, une ville plus sale, moins propre… ?
Personne, évidemment.
Éric Piolle ne l’a t-il pas fait, lui, cette ville sale, insécure, malpropre, peu attractive, ne l’a t-il pas fait, en formulant pourtant chaque année, à chaque vœu, le vœu inverse de cela ?

Il y a un autre constat que je veux partager avec vous à l’occasion de ces vœux pour 2020. Un constat qui n’a encore jamais été dressé jusque-là.

D’abord, Grenoble n’a plus été la ville d’une exposition universelle depuis 1925, cela fera bientôt 100 ans !

Grenoble n’a plus été la ville olympique depuis 1968…

Grenoble n’a plus accueilli de grand équipement national depuis le Musée National de 1994, cela fera bientôt 30 ans !

Grenoble n’a plus accueilli de grand équipement européen, de recherche ou autre depuis le Synchrotron depuis 1994 aussi, cela fera bientôt 30 ans !

Grenoble n’a plus accueilli de grande industrie nouvelle depuis ST Microelectronics en 1992, cela fera 28 ans !

Grenoble a connu tous ces évènements.
Il se sont déroulés au siècle précédent.

Donc, ce que je voudrais à l’occasion de ces vœux, c’est d’arrêter de se demander, ce qui va se passer dans cette année très courte, les onze mois qui nous restent, mais plutôt regarder ce que nous pouvons donner comme perspectives au siècle qui est le nôtre.

Parce qu’il y a une tradition à Grenoble, c’est la ville qui ouvre des voies.

Ainsi, pour l’exposition universelle, pour les Jeux Olympiques, pour le Synchrotron, pour le Musée, pour ST Micro, elle a ouvert des voies.

Les yeux du monde, aujourd’hui, ils regardent des tablettes, au-delà de nos frontières, conjuguant au quotidien le monde de l’infiniment petit et de l’infiniment grand.

Il est temps que Grenoble concouret à nouveau vers de grands défis.
Je voudrais que nous prenions comme l’engagement, entre nous, de ne pas perdre ce siècle qui vient !

Par exemple, Grenoble peut être la première ville Olympique d’Europe, la seconde au monde après Pékin, à organiser des Jeux Olympiques d’été.
La première, d’ailleurs, à organiser des Jeux Olympiques d’été après avoir organisé des Jeux Olympiques d’hiver.

Nous avons les meilleures techniques,
nous avons les plus beaux massifs,
nous avons les hommes, regardez l’arrivée d’un Tony Parker dans le Vercors,
nous avons le temps,
ne manquent que l’ambition, les volontés, l’énergie de préparer ce type de défis.

Ce serait un formidable atout pour la construction de l’avenir, que nos massifs, notre ville des quatre saisons, que de se lancer dans une grande aventure mondiale et humaine.

Grenoble peut être aussi, et doit être aussi sur les rangs, par exemple, au moment où l’Angleterre, Londres, connait le Brexit, de se mettre en position de recevoir les institutions qui quittent cette ville, qui quittent ce pays, et qui peuvent être accueillies en Europe, et donc aussi à Grenoble.

Notre ville doit se muscler afin de bénéficier beaucoup mieux des retombées industrielles de son exceptionnelle recherche.

Notre ville n’est pas seule, Grenoble n’est pas seule, elle a des amis partout dans le monde. Il faut les mettre en relation, il faut mettre en action ses soutiens.
J’ai déjà commencé à parler aux uns, aux autres, à les mobiliser, et je vois, ici et là, partout que c’est possible. Qu’ils sont en capacité de nous aider, de surveiller, de faire une veille pour nous signaler telle ou telle opportunité que nous pourrions saisir.

Grenoble doit de nouveau être une Ville qui peut recevoir, comme il y a 100 ans, une grande exposition universelle.
Aujourd’hui, l’exposition universelle, elle doit être tournée vers l’intelligence artificielle, vers la citoyenneté, vers la démocratie, vers l’éthique, vers la morale vers l’environnement…
Ce que j’ai appelé, improprement peut-être, le « Davos de l’Intelligence Artificielle » dont j’ai parlé avec Luc Ferry, avec le professeur Alexandre, afin d’aller chercher avec eux les meilleurs dans le monde qui doivent se retrouver dans notre ville, à Grenoble, pour qu’elle soit au rendez-vous du futur.

Oui !
Grenoble peut être un phare de l’intelligence collective dans ces domaines vertigineux que nous sommes en train de tracer et que l’esprit humain est en train de tracer.

Grenoble, par exemple, peut être aussi à l’initiative, à l’origine du premier grand Parc Naturel International.
C’est à créer : le Parc Naturel International des Alpes, commun à plusieurs pays, de Monaco à la Slovénie en passant par l’Allemagne, par l’Autriche, par la Suisse.

Imaginons ce que serait Grenoble, capitale des Alpes, mais des Alpes internationales.
Imaginons cette ambition de proposer, en commun, ce vaste territoire naturel, de le protéger. Quelle attractivité !
Quelle image pour le monde, de cette ville qui deviendrait la capitale de ces Alpes de plusieurs pays !

Il faut absolument que nous fassions partager aux Grenoblois l’abandon de la médiocrité à laquelle on les a habitué depuis une ou deux décennies.
Il faut que nous demandions aux Grenoblois de renouer avec les ambitions collectives.

Grenoble a une vocation d’être précurseur.
Elle l’a été dans le siècle dernier.
Elle peut l’être dans ce siècle-là.

Pour avoir été, avec d’autres, à l’origine, du Synchrotron et du Musée, de ST Micro, de ces initiatives-là, je saisque c’est possible si nous mobilisons les énergies pour le faire.
C’est lorsque nous regardons au-delà de nous-mêmes, au-delà de nos intérêts propres, que nous nous accomplissons et que nous accomplissons de grands desseins.

C’est lorsqu’une collectivité affirme sa vocation, sa vocation forte, que l’individu-roi, celui auquel nous avons à faire face si souvent, laisse la place à l’individu-citoyen, celui qui est au service de la collectivité, qui dépassent, qui grandissent ensemble.

Nous allons recréer cette ferveur du haut et cette ferveur du beau.

Je crois qu’on peut le faire ensemble.
Il faut additionner les intelligences, les capacités, les acteurs, les générosités aussi, qui existent partout.

Il faut associer tous ceux, bien sûr, qui sont au bord du chemin afin qu’ils prennent cette route avec nous.

Il y a un explorateur, George Mallory, le Britannique, qui est mort sur l’Everest, et qui voulait l’escalader, on lui a demandé pourquoi ?
Il a dit : “Parce que c’est là”.
Oui ! « Parce que c’est là ».
Tout ceci est là, sous nos yeux.
Et quand on le montre, ce n’est pas le doigt qu’il faut regarder, c’est ce que l’on montre.

Chers Amis,
Je vous demande d’avoir du cœur à l’ouvrage. De tout donner et de ne rien attendre d’autre que le succès de la ville que nous aimons ensemble.

Chacun d’entre vous tient le destin de Grenoble dans sa main et dans son cœur.
Chaque Grenoblois auquel vous ferez partager votre désir d’avenir sera un atout supplémentaire pour la victoire de Grenoble.

Elle tient à peu.
Elle tient à rien.
Elle tient à nous.
Il suffit de la vouloir.

Chers Amis,
Vous imaginez les vœux que je formule sincèrement pour chacune et chacun d’entre vous, pour tous ceux qui vous sont chers.

Vous savez les vœux maintenant que je formule pour Grenoble, pour ce qu’elle peut, ce que la ville peut, ce que la ville doit devenir, cette ville qui mérite le meilleur.

Chers Amis,
Certains le savent, dans ma classe d’âge, qu’il est justement un âge où l’on comprend, où l’on se sent mortel, un peu plus qu’à d’autres d’âges.
Alors, il y a des choses positives qui interviennent à ce moment-là. On devient indifférent aux calomnies, parce que l’essentiel, au fond de soi, prend le pas sur l’opinion des autres.

On gagne, avec cet âge-là, un cadeau extraordinaire : c’est celui de la liberté par rapport au regard des autres.
Et aussi parce que l’on ne peut plus se permettre un écart, le moindre écart, entre ce que l’on dit et ce que l’on pense.
C’est une force considérable.

Chers Amis,
Si vous le voulez vraiment, si vous le voulez profondément, nous allons renouer ensemble avec la superbe histoire de Grenoble :
celle des sommets et des crêtes,
celle du vent des cimes qui fouette les visages, qui rafraichît, qui rafraîchit l’âme,
celle des espaces infinis, quand nous ressentons si fort en nous, en chacun de nous, au plus profond, que nous appartenons à un vaste cosmos en étant un point si infime de ce cosmos,
cette histoire qui nous rend si petit et si ému en même temps d’appartenir à bien plus grand et bien plus beau que nous.

Nous allons créer, si vous le voulez bien, mais j’en suis profondément convaincu, nous allons créer, ici, à Grenoble, quelque chose d’extraordinairement étonnant, qui n’est pas quantifiable, nous allons créer ensemble une légende qui va faire rêver, partout.

Quelle est cette légende ?
Celle de l’impossible auquel nous sommes tenus et nous allons ensemble l’atteindre !

Je vous fais entièrement confiance !

Merci !
Et belle année !

#Carignon2020 #Grenoble #SocieteCivileGrenoble

INVITATION AU FORUM DE L’ARLEQUIN.

INVITATION AU FORUM DE L’ARLEQUIN.

Chers Amis,

Avec le collectif de la Société civile pour l’alternance, je vous donne rendez vous le samedi 19 octobre à partir de 9h et jusqu’à 13hplace du marché de l’Arlequin pour un forum citoyen.

Nous serons heureux d’échanger avec vous sur notre projet et de recueillir vos propositions.

A cette occasion, je me tiendrai à votre disposition pour répondre à vos questions et vous présenter mon livre.

Dans cette attente

 

Alain CARIGNON,

Ancien Ministre

ALAIN CARIGNON ÉCHANGES« EN TOUTE VÉRITÉ»

ALAIN CARIGNON ÉCHANGES« EN TOUTE VÉRITÉ»

Heureux de répondre « en toute vérité « aux nombreux grenoblois qui m’interrogent au café « le Quartier Latin » cours de la Libération.


La transparence et la sincérité sont les maitres-mots de cette campagne pour l’alternance.

Toutes les générations sont curieuses , veulent tout savoir et le café-débat devient Forum pendant 2 heures qui passent comme une minute.
Je ressens cette vitalité de Grenoble, cette envie de changement , de se saisir d’un autre avenir.

Chaque débat me conforte dans l’idée que Grenoble mérite que nous lui donnions le meilleur.

INAUGURATION DU LOCAL DE L’ALTERNANCE PARI RÉUSSI POUR ALAIN CARIGNON ET LA SOCIÉTÉ CIVILE.

INAUGURATION DU LOCAL DE L’ALTERNANCE PARI RÉUSSI POUR ALAIN CARIGNON ET LA SOCIÉTÉ CIVILE.

Vendredi 6 septembre était inauguré le nouveau local de La Société Civile pour l’alternance. Un vent de changement souffle désormais sur Grenoble et les municipales. Êtes vous prêt pour le Big Bang Grenoble ? 


La société civile : en plein cœur de Grenoble

C’est au 15 de la rue de République que s’est implantée la Société Civile. D’ailleurs plus de 1000 grenoblois étaient présents ce vendredi pour inaugurer ce tout nouveau local de l’alternance.


Au programme ? Un  compte à rebours précédé de tours de magie. Et dès le début le ton est donné, « vous voulez savoir ce que fait Piolle avec votre argent ? » balance le jeune magicien avant de faire disparaître en fumée un billet de 10 euros.

Par la suite c’est Alain Carignon, leader de notre mouvement la Société Civile, qui s’est exprimé et a enflammé la foule. « Est ce que vous voyez monter ce désir de changement ? » a demandé le ministre et maire de Grenoble 12 ans durant, avec la même ardeur qu’à ses débuts dans la politique en 1983.

Après plus d’une dizaine de minutes, les grenoblois ont pu entendre Get Lucky chanter par les Daft Punk et Pharell Williams. Petite anecdote, la chanson fait référence au Phénix et l’énergie qu’il déploie et conserve tout au long de son périple.

Un discours responsable et ambitieux

Dans son discours, Alain Carignon, a parlé des ambitions de la société civile et des différentes propositions qui ont été discutées et travaillées par ses membres au cours des derniers mois.

Construire ensemble une ville responsable et positive

Comme un écho à la politique actuelle d’Eric Piolle, Alain Carignon évoque en premier l’écologie. « Nous voulons construire ensemble une ville responsable et positive. Responsable de la planète par un développement exemplaire; Leader Européen de l’écologie du futur. »

Et pour cela, les idées ne manquent pas. Il évoque le monorail à propulsion solaire entre Crolles et Voreppe et entièrement électrique. Pour ceux qui diraient que c’est impensable, sachez qu’en 1987 beaucoup disaient la même chose sur le tram, mis en place par M. Carignon.

Puis c’est au tour de la montagne de la Bastille, avec sa ferme écologique modèle de la biodiversité.

Rétablir la sécurité, d’aller et de venir sans peur

Petit retour ensuite sur la sécurité et le cadre de vie grenoblois, volet totalement oublié par Eric Piolle au cours des dernières années.

Alain Carignon dit alors : «Responsables du rétablissement de la sécurité »

Comment ?

Développer les caméras avec des postes sécurité actif 24h/24 et 7J/7.

Doubler les effectifs de police municipale, armer cette police, mettre en place une brigade canine et une police montée.

Loin d’être suffisant, il prône pour l’arrêt de la ghettoïsation des quartiers afin de retrouver « une métropole apaisée ».

Inventer une nouvelle politique de la ville.

Nous serons « Responsables en inventant une nouvelle politique de la ville »notamment pour les quartiers. Alain Carignon et la Société civile proposent alors de créer une meilleure mixité dans les quartiers en appliquant la règle de 33% de propriétaires, 33% de locataires et 33% de services. Alain CARIGNON et la société civile proposent donc un BIG BANG Grenoblois.

Je rappelle que le maire et les services s’installeront dans les quartiers.

Rétablir la valeur des biens

Le leader de la Société Civile enchaine ensuite sur le volet logement et la perte de la valeur des biens dans Grenoble. Nous serons « Responsables en permettant à tous ceux qui ont acquis un logement par la force de leur travail de retrouver la valeur de leur bien par la requalification de la ville et de ses quartiers ».

Rétablir la propreté, l’embellissement

« Responsables en rétablissant la propreté, l’embellissement, la beauté de la ville et de ses rues au diapason de ses montagnes ; Responsables en donnant sa chance à chacun, en traquant les potentialités dans tous les quartiers, en créant de la valeur humaine partout, tout le temps, avec tous »

Alain Carignon souhaite ainsi redonner à Grenoble toute son attractivité. Montrer que même dans les quartiers il est possible de retrouver de forts potentiels, aujourd’hui totalement délaissés.

Le Davos de l’intelligence artificielle

Là encore, Alain Carignon et la Société Civile retournent sur le terrain de prédilection de l’ancien maire : faire de Grenoble une ville attractive pour les entreprises !

Ensemble avec le collectif pour créer de la valeur à partager.

Il précise « responsables en braquant les projecteurs sur un Grenoble positif avec le “Davos de l’Intelligence artificielle” afin que notre université, notre recherche, nos Start Up se développent dans un environnement digne d’elles ».

Stopper la bétonisation, créer des espaces verts

Pour le leader de la Société Civile, il faut stopper la bétonisation de la ville et créer des nouveaux espaces verts afin de redonner du souffle et de l’oxygène aux grenoblois. Il se dit « Responsables en stoppant la bétonisation de la ville, rétablissant partout où c’est possible des parcs, des espaces verts, des arbres, afin que les grenoblois respirent à nouveau un air pur”

Alain Carignon finit par demander si les grenoblois sentent ce désir de changement qui monte de plus en plus dans la ville. Fort des propositions de la Société Civile, il termine sur cette phrase : « si vous le ressentez aussi intensément que moi autant dans votre tête que dans votre cœur, rendez cet avenir possible. Il dépend de vous. Seulement de vous. Grenoble mérite le meilleur. Donnez-lui le meilleur de vous-même. Grenoble gagnera grâce à vous”.

Et vous, sentez-vous monter ce désir de changement ? 

Pour le collectif : Romain BRANCHE

QUARTIER ST BRUNO CHORIER-BERRIAT

QUARTIER ST BRUNO CHORIER-BERRIAT

Samedi dernier les habitants du quartier st. Bruno on répondu présent à l’invitation du collectif de la société civile avec Alain CARIGNON.

Malgré la pluie un échange constructif a été mené avec des sujets au cœur des préoccupations des habitants du quartier.

Le premier d’entre eux ? la sécurisation de la ville.

Les habitants de chorrier berriat ont apprécié les propositions du collectif notamment le big bang Grenoblois.

L’installation de services municipaux dans les quartiers, en premier lieu le maire et les services de la mairie, afin de  rétablir une véritable mixité sociale est plébiscitée. L’objectif est simple : 33% de hlm, 33% de propriétaires et 33% de services et d’entreprises contre 85 % de HLM  dans certains quartiers comme le Village Olympique  aujourd’hui.

A cela s’ajoute la mise en place des caméras de vidéosurveillance sur toute l’agglomération, l’assermentation des responsables d’immeubles qui pourront dresser des PV, une police montée, un PC vidéo opérationnel 24h24 et l’acquisition  de drones de surveillance qui pourraient être à la disposition des polices nationale et  municipale.

La lutte contre la paupérisation et la délinquance des quartiers sera lancée dès l’arrivé de l’équipe à la tête de la commune. Le maire prendra réellement ses responsabilités en tant qu’officier de police judiciaire et sera en soutient aux force de l’ordre qui se sentent abandonnées aujourd’hui.

Les habitants ont également été sensible au Projet proposé par Sharah BENTALEB et l’ équipe pluridisciplinaire qui a travaillé sur le sujet : LA MONTAGNE MAGIQUE A LA BASTILLE.

Une montagne de la biodiversité et ferme modèle à la Bastille avec un nouveau téléphérique Esplanade/Rabot/CHU.

Une autre de nos proposition a été plébiscitée par les habitants : le monorail à propulsion solaire et électrique Voreppe/ Crolles , avec deux parkings de dissuasion de plusieurs milliers de places à Voreppe et à Crolles.

Alain CARIGNON avait fait de Grenoble une ville d’avenir, notre objectif aujourd’hui est de combler le retard accumulé et de reprendre de l’avance.

Avec le Collectif de la société civile GRENOBLE RE-DEVIENDRA LA CAPITALE DES ALPES, et rentrera dans le 23ème siècle.

 

Pour le collectif Romain BRANCHE

A LA RENCONTRE DES HABITANTS DE CHORIER -BERRIAT

A LA RENCONTRE DES HABITANTS DE CHORIER -BERRIAT

Avec le collectif de la société civile pour l’alternance je suis allé à la rencontre des habitants du quartier Chorier-Berriat toute la matinée du samedi 22 juin.

Au top du succès les deux derniers projets avancés: le monorail à propulsion solaire et électrique Voreppe/ Crolles , avec deux parkings de dissuasion aux deux extrémités, montagne de la biodiversité et ferme modèle à la Bastille avec un nouveau téléphérique Esplanade/Rabot/CHU.

Une forte demande sur la lutte contre l’insécurité : nos propositions y répondent complètement et pour la propreté.

Un fort moment d’échanges qui me conforte dans mon idée que seul le rassemblement des citoyens de la société civile est en mesure de réussir l’alternative dont Grenoble a besoin.

Merci à ses membres pour leur forte présence et leur capacité de dialogue avec les Grenoblois et à François Tarantini et son équipe pour l’organisation de ces forums.

FORUM CITOYEN PLACE ST BRUNO LE SAMEDI 22 JUIN.

FORUM CITOYEN PLACE ST BRUNO LE SAMEDI 22 JUIN.

Avec le collectif de la société civile pour l’alternance, je vous donne rendez-vous place Saint BRUNO, ce samedi 22 juin à partir de 10h et jusqu’à 13 h pour un Forum Citoyen pour l’alternance.

L’avenir de Grenoble dépend de votre mobilisation. Nous serions très heureux de votre présence à un moment ou l’autre afin d’échanger sur notre projet et vos préoccupations .

A samedi j’espère.

Amicalement

Alain Carignon

 

FORUM CITOYEN PLACE DE GORDES

FORUM CITOYEN PLACE DE GORDES

C’est sur la pittoresque place de Gordes que notre forum itinérant a posé ses valises samedi dernier. La météo clémente nous a permis de vous rencontrer et d’échanger ensemble sur les problématiques de la ville ainsi que sur vos idées pour construire notre projet.

Alain CARIGNON à donné des messages forts comme « la ville se reconstruira seulement avec vous » ou encore « notre projet c’est le projet des grenoblois, c’est l’héritage que nous voulons laisser au générations futures, qui se joue maintenant. »

Au delà des luttes partisanes et politiques, la société civile avec Alain CARIGNON, ne travaille pas contre le maire actuel, mais bien uniquement pour les Grenoblois.

Les prochains rendez vous sont les suivants :

Le 3 juin débat CITELEC sur les mobilités entre Alain CARIGNON, Éric PIOLLE, Émilie CHALAS.

Le 15 juin Rencontre en porte à porte quartier de Vigny Musset

Le 22 juin Forum Citoyen Place St Bruno.

Chers Grenoblois, A bientôt dans nos manifestations pour échanger sur notre projet pour Grenoble

Pour le collectif : Romain BRANCHE.

LE COLLECTIF DE LA SOCIÉTÉ CIVILE AVEC ALAIN CARIGNON VOUS DONNE RENDEZ-VOUS SAMEDI 18 MAI PLACE DE GORDES.

LE COLLECTIF DE LA SOCIÉTÉ CIVILE AVEC ALAIN CARIGNON VOUS DONNE RENDEZ-VOUS SAMEDI 18 MAI PLACE DE GORDES.


Avec le collectif de la société civile pour l’alternance, je vous donne rendez-vous samedi 18 Mai à partir de 15 h  place de Gordes pour notre Forum pour l’alternance.

Nous serions très heureux de votre présence à un moment ou l’autre de l’après-midi afin d’échanger sur notre projet et vos préoccupations .

 

A Samedi j’espère, 

amicalement

Alain CARIGNON.