ARTICLE DE FRANCE BLEU ISERE PAR GÉRARD FOURGEAUD : LE PROJET BASTILLE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE AVEC LES CITOYENS.

Un parc de la biodiversité à la Bastille : projet du candidat Alain Carignon

 – 

Par France Bleu Isère
 

Les ruines de la Bastille sont deux bâtiments en friche, depuis 15 ans, en plein centre de Grenoble. L’équipe d’Alain Carignon veut les raser et y construire une ferme écologique.

Les ruines de la Bastille Grenoble, France

Actuellement, les bâtiments appartiennent à un promoteur qui les a laissés, encore plus, à l’abandon. Ce sont les deux bâtiments de l’ancien Institut de Géographie Alpine (IGA) abandonnés depuis 2002 (l’IGA est depuis transféré au Village olympique). Ces bâtiments ont été mis en service en 1907.

Depuis 2002, ils sont en friche, avec des gravas et du verre cassé partout, dangereux pour les passants. Ni la municipalité Destot (jusqu’en 2014), ni la municipalité Piolle (depuis 2014) n’ont résolu la question. Une question qui est aussi l’image de la ville car la ruine se voit du centre ville.

Les ruines se voient du centre ville - Radio France

C’est un groupe d’architectes qui propose de redonner vie aux ruines de la Bastille. Alain Carignon (maire de 1983 à 1995) propose une solution par les architectes qui l’accompagnent dans le collectif “société civile”. Un groupe pluridisciplinaire d’architectes, enseignants, urbanistes doit piloter le projet : Patrick Adomo (architecte), Brigitte Boer (enseignante),  Karim Jenahni (architecte), Gersende Vandevanter (architecte), Céline Jullien (directrice de l’appropriation sociétale de Inno Energy Europe).

Ce groupe est animé par Sharah Bentaleb, architecte à Grenoble. Pour elle, “la Bastille est aujourd’hui le lien emblématique de la défiguration de la ville“. Le destin de la Bastille serait donc une affaire de mobilisation des ressources et compétences de Grenoble mais aussi un projet d’envergure nationale comme laboratoire de la construction de la biodiversité.

A ce titre, il pourrait même atteindre un statut international faisant de Grenoble une sorte de “Montagne Magique” –clin d’œil à Thomas Mann– de sa renaissance écologique, économique, touristique, éducative  et culturelle.

Une sorte de “Montagne Magique”

Dans sa présentation, sur le site de la Bastille, Sharah Bentaleb relève “Les échecs en matière de négociation du réchauffement climatique au niveau Onusien, ou encore au niveau Européen, placent les villes dans un devoir de responsabilité jusqu’ici jamais égalé. Seules les villes et agglomérations par leurs ressources, leurs compétences de terrain, et la connaissance des ses citoyens peuvent aujourd’hui porter le débat et trouver les solutions de l’adaptation au changement climatique. On peut citer à cet égard le rôle majeur joué par l’Etat de Californie et la ville de Los Angeles.

Les membres du groupe - Radio France

Sur cette ruine, Ils proposent de créer le parc de la biodiversité, consacré à la nature, l’environnement  et les sciences. Une ferme à la Bastille et un parc de la biodiversité, en plein centre de Grenoble. L’équipe d’Alain Carignon marche allègrement sur le terrain des écologistes. Si cette équipe remporte les élections municipales en mars 2020, il lui faudra trouver les financements.

Les Ruines vue du centre ville - Radio France

L'esquisse du projet - Aucun(e)

 

ARTICLE ET PHOTOS : Par Gérard FOURGEAUD.

lien vers le site internet de FRANCE BLEU ISERE

https://www.francebleu.fr/infos/politique/un-parc-de-la-bio-diversite-a-la-bastille-projet-du-candidat-alain-carignon-1560953671.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.