FORUM A MALHERBE, PLACE CHARLES DULLIN

FORUM A MALHERBE, PLACE CHARLES DULLIN

  1. Chers Amis,

Le collectif de la société civile pour l’alternance organise son 5 ème Forum d’échanges citoyens ce samedi 9 février, place Charles DULLIN, quartier Malherbe entre 15 h et 17 h.

Nous souhaitons débattre de nos propositions qui seront présentées sous différentes formes, échanger avec les habitants, recueillir les avis et propositions afin d’enrichir le projet d’alternance que nous proposons aux grenoblois.

Nous vous invitons à venir dialoguer avec nous  et à informer plus particulièrement les habitants du quartier Malherbe afin qu’ils participent à cette rencontre,

 

Dans l’attente de vous rencontrer à cette occasion,

 

Bien amicalement,

le collectif de la société civile.

LE DÉBAT SE POURSUIT AVEC LES PROPOSITIONS 68 A 80.

LE DÉBAT SE POURSUIT AVEC LES PROPOSITIONS 68 A 80.

IV) Donner naissance à une énergie nouvelle : Grenoble en ville lumière 

  • Grenoble doit relever la tête;
  • Grenoble doit être une ville lumière. 

Grenoble ne doit plus être cette ville décriée à cause de la pollution et de son taux de criminalité, mais une métropole tournée vers les énergies d’avenir et ouverte sur les industries de demain. Elle doit être une cité capable de lutter contre l’insécurité pour pouvoir de nouveau s’installer à la table des grandes villes Françaises et Européennes.

  1. Renouer avec le foisonnement et la liberté culturelle, soutenir à nouveau les créateurs, le spectacle vivant et favoriser la diffusion au plus grand nombre.
  1. Le nouveau Maire mettra en place avec les grands décideurs industriels et de la recherche une cellule de veille interactive afin de repérer immédiatement les opportunités nationales et internationales dont Grenoble pourrait bénéficier.
  1. Un plan embellissement et propreté de la ville sera présenté sur la base d’un concours international.
  1. Pour relancer les congrès et les expositions, un appel d’offre international sera réalisé afin de confier la propriété d’Alpexpo à un opérateur international qui devra investir pour moderniser et développer l’outil.
  1. Outre la montagne, Grenoble doit devenir une ville de tourisme culturel dont elle a les atouts (Musées, MC2, archéologie..)
  1. L’accès voiture desserte minute à la gare SNCF sera rétabli ainsi que l’accès au centre-ville sur une voie par l’avenue Agutte Sembat.
  1. S’agissant de locaux municipaux abandonnés et occupés par des squats, la municipalité refusera de faire financer par l’impôt des projets d’organisation de la société portés par divers collectifs. Les locaux ainsi occupés seront mis aux enchères publiques libres à ceux qui les occupent de s’en porter acquéreurs.  
  1. La relance d’un projet de Musée des Sciences pour enfants à la Bastille.
  1. L’encouragement prioritaire auprès de tous les organismes socio-professionnels locaux pour affirmer le pôle de l’agglomération face à la centralisation progressive sur Lyon y compris dans l’organisation des professions libérales.
  1. Renforcer le commerce indépendant de proximité et la liberté de choix entre les moyens de déplacements en créant un ”Pass shopping”.
  1. La revalorisation des quartiers comme pôles d’équilibre au sein même de la ville : c’est la logique de ”ville-villages”.
  1. Cette dimension de ”ville-villages” passe par la visibilité pluriannuelle sur les aménagements futurs liés à la vie quotidienne dans le cadre de contrats de quartiers.
  1. Un moratoire de la ”bétonisation” de la ville sera mis en application dès l’élection.

  

LE DÉBAT CONTINUE AVEC LES PROPOSITIONS 47 A 67.

LE DÉBAT CONTINUE AVEC LES PROPOSITIONS 47 A 67.

III) Franchir ensemble les obstacles : Grenoble en marque citoyenne

  • Les clivages de la société, les déséquilibres profonds engendrés par des mutations économiques de plus en plus brutales, le chômage, l’explosion des structures familiales classiques sont autant de facteurs contraignants qui imposent la nécessité d’une solidarité partagée.
  • Laisser émerger une société fracturée c’est courir le risque de conflits sociaux majeurs et de détresses humaines intolérables.
  • En n’oubliant pas que la première mesure sociale c’est le dynamisme économique car il est la porte pour l’emploi. Comme la première liberté c’est l’ordre public dont doivent bénéficier en premier les personnes les plus fragiles.
  1. Afin de lutter contre le délitement du lien social, Grenoble renouera avec l’éducation populaire.
  2. la nouvelle municipalité se fixera des objectifs quantifiés de sortie de la pauvreté durant le mandat.
  1. Le premier acte du nouveau Maire sera d’installer son bureau dans une HLM vide de la galerie de l’Arlequin et le cabinet du Maire suivra au fur et à mesure des logements vacants.
  1. En parallèle l’ancien hôtel de ville du Jardin de Ville sera affecté à la célébration des mariages et une antenne sera créée au centre-ville pour toutes les démarches administratives.
  1. Le plan pour rétablir la sécurité dans la ville sera présenté au premier conseil municipal suivant l’élection du Maire.
  1. Renforcer les effectifs de la police municipale et son armement et formation continue.
  1. Un PC opérationnel des caméras de vidéo-protection sera ouvert 24h/24 et 7 jours sur 7.
  1. Renforcer le rôle de prévention des agents municipaux par une présence remarquée dans toutes les zones de tension.
  1. Assurer la présence d’agents de surveillance dans tous les squares pour enfants en parallèle avec la présence d’une ”Police Montée”.
  1. Un critère de tranquillité publique sera créé pour l’attribution des logements sociaux.
  1. Fusionner le PC opérationnel des caméras de vidéo-protection des polices municipales volontaires en créant une structure intercommunale de lutte contre la délinquance.
  1. Instaurer davantage de brigades canines et à VTT, et particulièrement sur les sites sensibles.
  1. Faire de la lutte contre l’insécurité la priorité de la police municipale et de ses relais délégués et non plus la verbalisation du stationnement.
  1. Organisation d’une Conférence annuelle du monde éducatif pour faire le point sur la prévention de la délinquance avec l’ensemble des partenaires.
  1. Création d’un fonds de lutte contre l’échec scolaire.
  1. Mise en place de ”découvertes des métiers”.
  1. Instaurer un réseau de solidarité au quotidien pour les seniors et les personnes handicapées.
  1. Effectuer un audit périodique de tous les établissements de formation, afin d’avoir une connaissance précise des conditions d’accès pour les élèves handicapés.
  1. Une carte numérique signalétique de tous les obstacles demeurant sur les chaussées et rues de notre ville doit être dressée.
  1. Mise en place d’un site Internet ”Créateur d’autonomie” qui mettra en relation l’offre et la demande de logements adaptés, adaptables ou accessibles pour les personnes à mobilité réduite.
  1. Un stationnement réservé pour toutes les personnes à mobilité réduite sur le lieu même de leur habitation.

LE DÉBAT SE PROLONGE SUR LES PROPOSITIONS 32 A 46.

LE DÉBAT SE PROLONGE SUR LES PROPOSITIONS 32 A 46.

II) Partager l’esprit d’équipe

  • En matière de démocratie;
  • En matière d’organisation territoriale.

 Il faut rendre la parole aux Citoyens. Ne pas les contraindre au chômage civique entre deux élections.

Grenoble doit être pionnière dans sa marque citoyenne, ADN d’un art de vivre qui donne envie d’être un Citoyen de cette ville.

Mais la réconciliation des Français et des Grenoblois avec leur vie publique passera par la mise en place de mesures chocs très fortes. 

  1. Sur le site internet de la ville un espace permanent de ”cahier de doléances” sera ouvert.
  1. Ce site Internet doit être également le support de la transparence. Il permettra avec beaucoup de facilité d’avoir accès à toutes les informations sur la gouvernance municipale.
  1. Ce site sera aussi le support de toutes les informations liées à la vie courante de l’Assemblée Municipale.
  1. La reconnaissance d’un droit de pétition donnant droit à l’organisation de référendums.
  1. Installation de ”bornes Internet” dans des unités municipales de proximité permettant d’éviter la fracture numérique.
  1. Renforcer des pouvoirs indépendants d’expertises.
  1. Clarifier l’ordre du jour des sessions de l’Assemblée Municipale.
  1. La fixation partagée de l’ordre du jour avec les Citoyens.
  1. La mise en œuvre de commissions d’enquêtes composées de façon proportionnelle à la représentation des groupes au sein du Conseil Municipal.
  1. La publication annuelle obligatoire de tableaux de bord de gestion par des Directions de l’Inspection municipale des Services, une instance qui devra voir le jour immédiatement.
  1. Recours à des consultations populaires systématiques pour les projets d’urbanisation d’ampleur.
  1. Les Unions de Quartiers sont reconnues comme les premiers interlocuteurs, libres, indépendants représentatifs des préoccupations des habitants de leur secteur.
  1. Une fois les Grenoblois mieux réconciliés entre eux en acceptant la diversité naturelle qui est une richesse, le même effort de réconciliation doit être effectué à destination des Communes de la Métropole et au-delà.
  1. De même, au sein de l’agglomération grenobloise, le respect des bassins de vie suppose une approche territoriale entièrement nouvelle de l’intercommunalité qui doit être orientée sur une réelle logique multipolaire des territoires de l’agglomération grenobloise.
  1. Le respect des territoires passe par une organisation entièrement différente de l’exécutif de la Métropole à partir de Vice-Présidents responsables de comités territoriaux.

LE DÉBAT EST LANCÉ SUR LES 31 PREMIÈRES PROPOSITIONS.

LE DÉBAT EST LANCÉ SUR LES 31 PREMIÈRES PROPOSITIONS.

I) Oser ! Mettre à jour le logiciel de l’action publique en repensant l’action publique:

  • Oser changer pour de vrai;
  • Oser innover pour mettre en place de nouvelles règles, de nouvelles méthodes, de nouvelles priorités.

Cette capacité à OSER doit concerner deux domaines prioritaires:

  • L’environnement;
  • Les finances publiques 
  1. Une horloge climatique itinérante : pour contribuer à la sensibilisation collective nécessaire.
  1. Des recensements animaliers annuels (animaux du quotidien, de proximité) par des particuliers.
  1. Un cimetière animalier pour la ville de Grenoble.
  1. L’interdiction de la vente d’emballages en plastique à usage unique sur le territoire de la ville de Grenoble.
  1. Une révision efficace et rapide du PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal), afin de concevoir une logique de ”ville-villages”.
  1. La révision du PLUI sera conduite en intégrant de nouvelles données techniques comme le respect des flux du vent au sein de la ville afin d’éviter la naissance de quartiers fours invivables avec le réchauffement climatique désormais sérieusement engagé.
  1. Une fois par trimestre, la Ville publiera une note technique qui traduira ses actions quotidiennes en ”traçabilité de développement durable”.
  1. Effort prioritaire en faveur de la végétalisation de la ville avec la création d’arboretum et des parcours pédagogiques pour les enfants.
  1. Penser la modernisation de la voirie publique avec des sols intelligents qui produisent et/ou stockent de l’énergie.
  1. Stopper les projets urbains de Flaubert et de l’esplanade, en prenant en compte les besoins en espaces verts et équipements publics.
  1. Sur le fonctionnement courant des services techniques de la Ville de Grenoble, toutes les mesures les plus écologiques seront mises en place qu’il s’agisse des caractéristiques techniques de la flotte des véhicules, du recours à un dispositif zéro phytosanitaire dans la gestion des espaces verts …
  1. Aucun arbre ne sera abattu sans l’avis conforme de danger imminent ou de maladie certifiée publiquement par le Directeur des Espaces verts de la ville. Tous les projets d’urbanisme devront intégrer les arbres existants pour être agréés. Car Grenoble, avec moins de 12 m² d’espaces verts par habitant contre 48 m² pour la moyenne des grandes villes, est devenue la lanterne rouge dans ce domaine.
  1. Un effort considérable sera effectué en faveur de la création de jardins publics qui commencera par la place Vaucanson, la place de la Maison du Tourisme, le parc Henri Tarze.
  1. Il sera proposé à la Métropole de créer un nouveau parc naturel d’agglomération sur la Commune de la Tronche.
  1. Un plan de valorisation du patrimoine Grenoblois abandonné sera engagé.
  1. Nous lancerons un appel d’offres international pour revisiter le patrimoine oublié de la ville, équipement par équipement.
  1. L’exemplarité de comportement des élus locaux passe par des mesures fortes, radicales, immédiates impactant d’abord le train de vie courant. Dans ce cadre, la Ville de Grenoble défendra au sein de la Métropole une approche entièrement nouvelle de nombreuses politiques publiques.
  1. Suppression des voitures de fonction des élus pour évoluer vers un dispositif comme le secteur privé de remboursement des frais de déplacements aisément controlables.
  1. Publication permanente de façon hebdomadaire via Internet de toutes les dépenses liées à des volets de fêtes et cérémonies.
  1. Réduction drastique des postes de cabinets.
  1. Diminution radicale du nombre des membres des exécutifs municipaux.
  1. La commission d’appel d’offres de la ville sera présidée par un magistrat, composée à la proportionnelle des groupes et ses séances seront publiques.
  1. Faire correspondre le secteur para-public local à une logique d’efficacité d’actions et non plus à la logique de la multiplication des présidences pour que chacun dispose de son ”royaume” et les indemnités qui en résultent.
  1. Création d’un poste de déontologue qui rend compte une fois par an à l’aide d’un rapport établi en liaison avec l’Inspection Générale des Services.
  1. Forte réduction des supports écrits de communication qui correspondent très souvent à de la propagande partisane ou à de l’autopromotion des élus.
  1. Pour le secteur public, mise en œuvre d’un principe de l’unicité d’organismes. A chaque grande fonction ne doit correspondre qu’un organisme public et un seul.
  1. Dès que le champ d’interventions concerné n’est pas lié à un service public de solidarité, il y aura application du principe de subsidiarité.
  1. Application du dispositif dit du Budget ”Base Zéro” tous les deux ans aux grandes fonctions administratives.
  1. Mise en œuvre généralisée de contrats publics pluriannuels d’objectifs pour les partenariats avec les associations.
  1. Pour les aides sociales, suppression des aides publiques locales dès que le bénéficiaire a fait l’objet de plus de deux condamnations pour des délits graves correspondant à des peines définitives. Ces restructurations du périmètre des politiques publiques municipales ouvriront de nouvelles capacités financières pour Grenoble, de nature à rendre à la ville son attractivité pour accueillir de grands établissements de recherche.

LE DÉBAT EST LANCÉ PAR LE COLLECTIF DE LA SOCIÉTÉ CIVILE AVEC 80 PROPOSITIONS.

LE DÉBAT EST LANCÉ PAR LE COLLECTIF DE LA SOCIÉTÉ CIVILE AVEC 80 PROPOSITIONS.

Christiane AYACHE avec le collectif de la Société Civile avec les Citoyens.

« La Madame projet » du collectif de la Société Civile pour l’Alternance est une Grenobloise que sa carrière a amené à travailler dans de nombreuses régions comme Sous-Préfet ou Directrice Générale de collectivités locales.

Elle bénéficie donc d’une solide expertise et expérience de la gestion publique qu’elle entend mettre au service de Grenoble. Elle a été séduite par l’approche extrêmement innovante et disruptive d’Alain Carignon et a immédiatement apporté sa contribution à l’élaboration du projet.

Mais pour elle rien ne peut se décider sans les citoyens qui doivent construire eux-mêmes leur avenir et auxquels le pouvoir de décider doit être rendu au cours du mandat.

Elle a accepté d’être la référente du projet et du débat qui s’ouvre avec les Grenoblois.  Elle l’a présenté à la presse le 25 janvier.

NOS PREMIERS ENGAGEMENTS CONCERNENT L’ENVIRONNEMENT
Dans sa présentation préliminaire Christiane Ayache a souligné «  Le collectif de la Société Civile pour l’alternance avec Alain Carignon m’a chargée de coordonner le débat sur notre projet. Je l’assume volontiers compte tenu de mon expérience de la gestion de l’État et des collectivités locales et parce que je sais combien celle-ci a besoin de ruptures, de réformes de structures, de changements de périmètres si nous voulons continuer à assurer les services d’hier et répondre aux besoins de demain.

L’idée d’un programme disruptif signifie bien aller au-delà d’une alternance dans un système, mais bien d’une rupture systémique pour mettre en place une totale nouvelle gouvernance publique Nous souhaitons établir un diagnostic partagé avec les Grenoblois et construire avec eux un projet qui soit au niveau des défis de notre ville.

Ce n’est pas un hasard si les premiers engagements dans les propositions concernent l’environnement. C’est le défi prioritaire absolu. Nous assistons à un emballement des indicateurs sur le dérèglement climatique à l’exemple de la fonte des glaces. Il n’est pas possible d’exclure dans ces conditions un calendrier des urgences totalement différent des perspectives initiales. C’est une approche totalement différente de l’écologie punitive : celle de tous les jours en associant les citoyens grâce à une pédagogie permanente positive, inclusive. L’écologie est victime de ses faux amis : ceux qui se nourrissent de dogmatismes péremptoires qui lui ont donné un visage répulsif.  

 Nous présentons aujourd’hui 80 propositions, qui s’ajoutent à celles déjà présentées, et qui résultent de ce foisonnement que nous ressentons dans la ville, de ce désir de créer des alternatives, de sortir des impasses. La mobilisation des Grenoblois va croissant et cela ne peut pas échapper aux observateurs impartiaux que vous êtes. Ces idées ne sont qu’un début et doivent passer au tamis du débat pour être corrigées, amendées, récusées ou enrichies, tandis que d’autres propositions vont surgir au fil des mois. Sans ce foisonnement, rien ne serait possible : il est le premier garant que l’avenir de Grenoble s’écrit avec ses citoyens.

Le second c’est mon engagement personnel de tout écouter, de tout recevoir, et d’exprimer par sujet soulevé notre part de vérité.

Sur ce point, Romain Branche qui est à mes côtés gèrera l’interaction sur le site de la Société Civile sur lequel ces propositions seront publiées dès demain.

Dès demain samedi 26 également lors du Forum de la Société Civile organisé place de la Commune à l’Abbaye entre 15 h et 17 h nous engagerons le débat en direct avec les Grenoblois sur ces bases et nous poursuivrons à Malherbe (le 9 février) et à Hoche (le 2 mars), etc… dans tous les quartiers de la ville. »

L’INCARNATION DE THEMATIQUES :
Christiane Ayache a notamment cité un certain nombre de membres qui incarnent des thématiques traitées ou à traiter.

  • SHARAH BENTALEB, architecte : Urbanisme 
  • FRANÇOIS BERNAULT, Magistrat : Transparence
  • ROMAIN BRANCHE, Cadre du commerce : Co-construction du projet
  • MUSTAPHA ESSAID, Agent Territorial, ancien sportif de haut niveau : Sport
  • ADRIEN FODIL, Chef d’entreprise : Finances  
  • MOHAMED OUERGHI, Chef d’entreprise : Economie
  • ANNE ROCHE, Infirmière santé au travail : Santé 
  • DOMINIQUE SPINI, Cadre industrie : Participation citoyenne
  • FREDERIC ZENOU, Enseignant en art : Culture

Ils sont à mes côtés avec d’autres. Rien n’est figé. Tout est en devenir. Notre seul objectif est de rendre l’avenir aux Grenoblois.

80 PROPOSITIONS POUR GRENOBLE
Ces 80 propositions s’articulent autour de 3 thématiques principales :

  • mettre à jour le logiciel de l’action publique,
  • faire de Grenoble une marque citoyenne,
  • faire de la solidarité un parcours de ville afin qu’émerge une ville qui prenne en compte les vies multiples de la société moderne.

Nous avons un objectif commun : sortir Grenoble de la sinistrose ambiante. Avec Alain Carignon nous proposons une alternative à cette chape de plomb.
Ce projet novateur doit être basé sur quatre piliers :

  • OSER : Mettre à jour le logiciel de l’action publique;
  • PARTAGER L’ESPRIT D’EQUIPE : La solidarité en parcours de ville;
  • FRANCHIR ENSEMBLE LES OBSTACLES : Grenoble en marque citoyenne;
  • DONNER NAISSANCE À UNE ENERGIE NOUVELLE : Grenoble en ville lumière.

Grenoble se doit d’être la pierre angulaire de ce projet.

Pour ce faire nous lançons 20 propositions par jour au débat lesquelles figureront sur le site de la Société Civile (https://www.societe-civile-grenoble.fr) à partir de demain samedi afin que les Grenoblois puissent en débattre et samedi après-midi à l’Abbaye place de la commune entre 15 h et 17 h à l’occasion d’un forum pour l’alternance.

LE COLLECTIF DE LA SOCIÉTÉ CIVILE A PARTAGÉ SES VŒUX AVEC LES GRENOBLOIS

LE COLLECTIF DE LA SOCIÉTÉ CIVILE A PARTAGÉ SES VŒUX AVEC LES GRENOBLOIS

Nous ne sommes pas ici pour gagner quoi que ce soit, mais pour faire gagner Grenoble”. 
L’alternative de la Société Civile, le projet du collectif de la Société Civile sont indispensables à la cité, sinon c’est l’appauvrissement généralisé et le déclassement qui attendent la capitale des Alpes”. 

LE PROJET LE PLUS ÉCOLOGIQUE 
Notre projet est le plus écologique, le plus respectueux de la planète, le plus attractif pour la ville et son développement, le seul qui soit financé, le seul qui permettra de rétablir la sécurité à laquelle chaque Grenoblois à droit”.

Avec chacune de nos propositions c’est une ville à vivre, plus verte, plus accessible, avec moins de pollution, en développement, vivante, propre, embellie, avec des quartiers requalifiés , équilibrés au lieu d’être relégués et ghettoïsés”.

C’est par ces mots qu’Alain Carignon a présenté les vœux du collectif de la Société civile aux grenoblois jeudi soir. Souhaitant ” un Grenoble à la culture diversifiée et foisonnante, ou le sport est privilégié, dont le patrimoine et les équipements publics sont debout, une ville positive ou la solidarité est assurée et les droits et devoirs respectés par chacun 

Une ville dont les élus acceptent de rendre le pouvoir aux citoyens afin qu’ils décident eux mêmes de leur avenir au lieu de cette confiscation maladive à laquelle nous avons assisté pendant ce mandat avec la tricherie permanente des fausses participations.

LE PROJET DOIT DEVENIR CELUI DE TOUS LES GRENOBLOIS
Pour Alain Carignon ”ce projet c’est le votre. Il doit devenir celui de tous les grenoblois. Ils doivent l’amender, le corriger, le compléter le modifier. Pour le défendre, pour en débattre vous êtes invincibles. Votre conviction est votre seule carapace, votre unique bouclier face aux rumeurs, aux calomnies, à la honte des officines municipales, des faux comptes, de l’anonymat et de la délation organisés sur les réseaux sociaux qui répandent la haine au lieu d’accepter le débat à visage découvert. Vous allez les pulvériser”.

”VOUS ÊTES INVINCIBLES”
Vous êtes invincibles et chacun d’entre vous doit ressentir comme un devoir, comme un honneur, comme une tâche à laquelle il n’a pas le droit moral de s’échapper s’il aime Grenoble , de convaincre, d’agréger, de faire participer, partager notre diagnostic sur la ville et nos solutions pour en sortir à un grenoblois supplémentaire chaque jour”.

” RENVERSER LA TABLE ENSEMBLE”
Faisant appel aux ” citoyens, associatifs, commerçants, artisans, employés, ouvriers, professions libérales, fonctionnaires, intervenants dans la culture, la solidarité ou le sport, l’éducation populaire, scientifiques, chercheurs, chefs d’entreprises, retraités, cadres que sais-je ? pour renverser la table ensemble.

En conclusion Alain Carignon a lancé ” 2019 est l’année de l’élan vers la victoire. Grenoble doit compter sur chacun de vous, individuellement pour la faire gagner. Et n’en doutez pas. Grenoble peut compter sur mon engagement total , corps et âme, pour la faire gagner” .

Environ 500 grenoblois ont pu participer aux voeux de la société civile jeudi soir, une centaine contraints de faire demi tour les salles étant combles, le collectif les remerçiant de leur mobilisation et leur pésentant ses excuses. Ils avaient été organisés “au Siège” un établissement qui participe de l’histoire de la ville, menacé par la municipalité Piolle en solidarité avec son gérant, Jocelyn Zittel.

La mobilisation forte témoigne de la large prise de conscience des grenoblois à l’égard du bilan de la municipalité Piolle. Le désir d’alternance est le plus fort. Visiblement tous les quartiers étaient représentés. Toutes les couches de la population, tous les ages.

LES VISAGES REFLÉTAIENT LA DIVERSITÉ DE LA VILLE 
De Villeneuve à la Presqu’ile en passant par le centre ville, les visages reflétaient cette diversité qui fait la richesse et le force de la ville, qu’Eric Piolle a transformé en faiblesse. On pouvait discuter aussi bien Nathalie Béranger et Catherine Bolze Conseillères Régionales qu’avec Denis Setboune responsable des médiateurs de nuit à Villeneuve ou avec les champions sportifs Moustapha Essaid et Hussein Bayram.

UN COLLECTIF DÉVOUÉ ET EFFICACE 
On pouvait croiser Loïck et Anne Roche mais aussi Daniel Huillier le Président de Résistance Unie ou le médiatique avocat Bernard Boulloud  tandis que Romain Branche, Dominique Spini, Danièle Fodil , Jacqueline Girard , Isabelle Pelloux-Gervais, Hoang Chheng s’affairaient à accueillir les invités du mieux possible. De leur côté Adrien Fodil et Jean-Luc Rizzi avaient mis en place avec leur équipe une organisation s’appuyant sur notre collectif dévoué avec notamment Stéphane Tournier et beaucoup d’autres. Un début d’année en fanfare .

TGV ET TER : LE COLLECTIF VEUT METTRE GRENOBLE A NIVEAU

TGV ET TER : LE COLLECTIF VEUT METTRE GRENOBLE A NIVEAU

Le collectif de la société civile juge que la ligne de train Grenoble -Lyon fonctionne mal. Elle est mal entretenue, perturbée et les liaisons TER s’en ressentent considérablement avec des retards nombreux et une absence de fréquence au niveau attendu .

Parce que les TGV qui devraient bénéficier d’une ligne dédiée l’empruntent au rythme lent des trains classiques. La ligne est surchargée et ne peut pratiquement plus être entretenue le jour! Les usagers sont tous pénalisés: ceux des TER qui renoncent à effectuer les trajets domicile-travail en train du fait des incertitudes et sont contraints de prendre leur voiture, contribuant aux embouteillages des heures de pointe.

Au lieu de bétonner à mort , de supprimer les espaces verts, de concentrer les populations jusqu’à l’explosion les élus auraient dû rendre modernes, accessibles et fréquents les TER de Grenoble à Lyon qui desservent d’important chefs-lieux. Des bassins de population équilibrés auraient pu se développer.

Leur immobilisme a été fatal: les usagers du TGV sont également pénalisés par ce temps de parcours allongé à partir de l”aéroport de St Exupéry qui donne l’impression de se rendre dans une zone rurale.

Bordeaux , en plein développement est à 2 heures de Paris, Arcachon bientôt à 2 H30 et Grenoble est la dernière grande ville a être demeurée à l’écart les élus ne demandant pas de ligne à Grande Vitesse pour la desservir. Un handicap supplémentaire pour son attractivité.

LA GARE DAUPHINÉ-SAVOIE A DISPARU

Pire, dans la période, la gare de TGV Dauphiné-Savoie obtenue par Alain Carignon entre Pontcharra et Montmélian sur la future ligne Lyon-Turin a disparu au profit d’une gare dans Chambéry, difficile d’accès de l’extérieur de la ville. Elle mettait le Grésivaudan à 2 heures de Paris.

PAS DE RÉSERVE FONCIÉRE DANS LES 20 PROCHAINES ANNÉES

Dans une brève vidéo, en quelques mots , Alain Carignon rappelle cette situation et dénonce le fait que dans le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal ( PLUI) pour les 20 prochaines années, il n’est même pas prévu de réserve foncière pour cette future ligne !

Une raison supplémentaire pour le collectif de la Société Civile d’engager la révision du PLUI dés l’alternance prononcée en 2020 . Grenoble doit en effet reprendre sa marche vers l’avenir.